Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Barack Obama a mis fin aux écoutes de Merkel

Plus de 60 millions de communications espionnées en Espagne




Barack Obama a mis fin  aux écoutes de Merkel

Les États-Unis ont mis fin à leurs écoutes de la chancelière allemande Angela Merkel et d'autres dirigeants mondiaux après que Barack Obama a appris l'existence de ce programme, a écrit lundi le Wall Street Journal.
Le président Barack Obama a pris connaissance de cette surveillance électronique menée par l'Agence de sécurité nationale américaine, la NSA, dans un rapport qu'il avait commandé en milieu d'année, poursuit le journal qui cite des responsables américains.
Selon ce rapport, la NSA a écouté les conversations téléphoniques de quelque 35 chefs d’Etat ou leaders mondiaux. La Maison Blanche a mis fin aux programmes d'écoutes de plusieurs de ces chefs d’Etat et responsables, dont Mme Merkel, toujours selon le WSJ.
Pour sa part, la NSA a fermement démenti les révélations de la presse allemande selon laquelle Barack Obama savait depuis 2010 que la chancelière allemande Angela Merkel était placée sur écoute. Dans un communiqué transmis à l'AFP, la NSA a démenti ces informations. "Le général Alexander n'a pas discuté avec le président Obama en 2010 d'une supposée opération de renseignement impliquant la chancelière Merkel et n'a jamais discuté d'une quelconque opération l'impliquant. Les informations de presse affirmant le contraire ne sont pas vraies", a déclaré Vanee Vine, une porte-parole de l'agence.
Par ailleurs, l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) a espionné plus de 60 millions d’appels téléphoniques en Espagne entre décembre 2012 et janvier 2013, affirme lundi le quotidien espagnol El Mundo, alors que l’ambassadeur des Etats-Unis à Madrid était convoqué au ministère des Affaires étrangères.
Selon un document présenté comme émanant de l’ex-analyste de la NSA Edward Snowden et reproduit par le quotidien El Mundo, cette agence «a espionné 60,5 millions d’appels téléphoniques en Espagne» entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013, dont «plus de 3,5 millions d’appels pour la journée du 11 décembre».
Selon le journal, la NSA «n’a pas enregistré le contenu des appels, mais le numéro de série des téléphones, le lieu où ils se trouvaient, le numéro de téléphone des cartes SIM utilisées et la durée de l’appel». L’ambassadeur des Etats-Unis, James Costos, va être invité à donner des explications sur les écoutes présumées de responsables espagnols révélées vendredi dans la presse, qui faisaient suite à d’autres révélations sur des activités d’espionnage américain ayant visé 35 dirigeants de la planète.

Libé
Mardi 29 Octobre 2013

Lu 399 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs