Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bank Al-Maghrib toujours à la rescousse : Les banques manquent cruellement de liquidités




Bank Al-Maghrib toujours à la rescousse : Les banques manquent cruellement de liquidités
L'assèchement des liquidités bancaires devient de plus en plus inquiétant, le recours aux adjudications a atteint, cette année, des niveaux record. En effet, Bank Al-Maghrib a injecté mercredi 53,48 milliards de dirhams, au taux de 3%, dans le marché monétaire au cours de  l'appel d'offre du 1er août 2012. En principe, ces injections doivent se faire de façon conjoncturelle et ponctuelle, elles visent à pallier le manque de liquidité du système bancaire.  Certains experts et analystes financiers ont remarqué que depuis quelques années, le recours à ce mécanisme est devenu systématique et revêt un caractère structurel.
Dans le même sens,  la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE) qui a procédé le mardi dernier 2012, à l'émission de bons du Trésor par adjudication, vient d'annoncer la souscription de bons de Trésor pour un montant total de 1 milliard de DH (MMDH), lors de l'adjudication de mardi dernier. Il s'agit de titres de maturité de 13 semaines, qui ont été souscrits pour 700 millions de DH (MDH) au taux de 3,39%, et de bons de maturité de 2 ans souscrits pour 300 MDH au taux de 3,86%. Le règlement des bons souscrits interviendra le 13 août, indique la DTFE qui rappelle que le montant total proposé par le Trésor était de 1,833 MMDH.
Même si Bank Al-Maghrib a essayé de donner une bouffée d'oxygène aux banques en baissant le taux de réserve  obligatoire à 3%, le feed-back du marché n'a pas été assez positif.
Plus inquiétant, il y a encore quelques années, ces adjudications ne dépassaient guère 25 milliards de dirhams, alors que de nos jours nous arrivons à des pics qui peuvent atteindre 60,4 milliards de dirhams, comme en juin dernier.
A rappeler que l'un des rôles de la Banque centrale est de mettre, constamment,  à la disposition des banques les liquidités nécessaires  afin de stériliser l'effet des facteurs autonomes de la liquidité bancaire, assurant ainsi l'équilibre sur le marché monétaire à travers les avances hebdomadaires à sept jours. A rappeler que pour satisfaire les besoins en liquidités des banques, Bank Al-Maghrib privilégie les avances à 7 jours. Mais la titrisation des créances bancaires constitue elle aussi une alternative à condition de garder la vigilance dans la gestion du risque.

Mohammed Taleb
Vendredi 10 Août 2012

Lu 523 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs