Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bank Al Maghrib adopte son plan stratégique 2010-2013 : Le principe des équilibres financiers reconfirmé




Bank Al Maghrib adopte son plan stratégique 2010-2013 : Le principe des équilibres financiers reconfirmé
Le Maroc a su maîtriser les conséquences négatives de la crise économique et financière internationale. C’est du moins le constat défendu, mardi dernier à Rabat, par Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib à l’issue de la réunion du conseil de la BAM. Les analystes de la banque centrale estiment que l’économie marocaine a été moins impactée même si des incertitudes persistent en rapport notamment avec les perspectives économiques de la zone Euro-principal partenaire commercial du pays, ainsi que l’évolution des cours des produits pétroliers sur le marché marocain.
Aussi, les baisses constatées au niveau de certaines rubriques se sont-elles avérées moins fortes que les prévisions préétablies. Ainsi, le tourisme n’a enregistré qu’une chute de 6%, les transferts des MRE n’ont diminué de 6,5% tandis que la balance des paiements se situe au même niveau qu’en 2008. Ces chiffres indiquent, d’après le Wali de Bank Al Maghrib, que la situation a été légèrement redressée  par rapport aux projections antérieures qui évoquaient des baisses à deux points.
En somme, les données disponibles attestent de quelques signes de reprise de l’activité économique nationale. La reprise demeure, cependant, conditionnée par le niveau élevé du chômage et le fonctionnement du marché du crédit. « En conséquence, l’output gap de nos principaux pays partenaires resterait négatif au cours des prochains trimestres, continuant ainsi d’affecter les performances de l’économie nationale principalement à travers les canaux des exportations de biens et services et des transferts. Les performances tendent cependant à indiquer que l’output gap de nos principaux partenaires afficherait une valeur positive au quatrième trimestre de l’année 2010 », précise une note de la Banque centrale ayant sanctionné les travaux de sa réunion de fin d’année.
Sur cette base, le taux de croissance de l'économie marocaine oscillera en 2009 entre 5 et 6%, avant de ralentir en 2010 pour s'établir entre 3 et 4%._Le  ralentissement constaté ces derniers mois serait imputable, d’après la même source, à une "moindre contribution du secteur agricole" à la croissance économique.
Pour ce qui est des prévisions de l’inflation, elles restent globalement en ligne avec celles du Rapport sur la politique monétaire d’octobre 2009. La prise en compte de la transmission de la récente hausse des prix des matières premières au niveau international s’est toutefois traduite par une révision à la hausse de la prévision centrale au terme de l’horizon de prévision, soit environ 2,5% au lieu de 2%. En moyenne, l’inflation s’établirait à 1,9%. Quant à l’inflation sous-jacente, elle devrait être négative en 2009 et resterait inférieure à 2% au terme de l’horizon de prévision.
Par ailleurs, le Wali de Bank Al Maghrib a signalé que les créances en souffrance se situent entre 5,5% et 6% par rapport aux crédits bancaires en dépit des radiations au niveau des banques sur cette catégorie en souffrance.
Concernant les taux d’intérêts, il a précisé qu’une  réunion a eu lieu, 11 novembre dernier,  avec le groupement professionnel des banques du Maroc. Toutefois, Abdellatif Jouahri a tenu de clarifier: «Nous nous sommes plus dans une période d’administration des taux puisque nous sommes passés aux instruments de marché. Ceci dit, j’ai interpellé les banques. Nous avons assuré les liquidités nécessaires dans une conjoncture difficile. Les banques ont répondu que les taux n’ont pas bougé là où l’Etat a mis en œuvre ses mesures d’appui et ses garanties, en particulier en ce qui concerne l’habitat social». N’empêche que la banque centrale promet de suivre la situation pour ne pas tomber dans la cartellisation.
Sur un autre volet, il a été signalé la nécessité de procéder à un accompagnement très poussé de l’ouverture économique du Maroc par le biais d’une évaluation du régime marocain des changes pour que le Maroc  adapte son régime aux partenaires étrangers.
A ce sujet, le Fonds monétaire international considère : « Plusieurs facteurs apparus au cours de la dernière année suggèrent l’intérêt d’une libéralisation accrue. La situation du compte courant est moins favorable à moyen terme que prévu auparavant. Les risques liés à la transition vers un tel cadre, notamment le risque d’une inflation « importée », sont faibles dans le contexte international actuel. De plus, les implications négatives pour les bilans des banques, des entreprises et des ménages sont très limitées, notamment à cause de leur faible exposition en devises ».
En ce qui concerne le ratio de solvabilité, le wali de la Banque centrale soutient que « c’est la stabilité financière qui l’emporte sur les autres considérations. Nous avons opéré un exercice de risque systémique. Globalement, les instances internationales ont relevé que les mécanismes d’intervention en vigueur au Maroc sont d’une grande efficacité».

Erratum
Nous avons écrit  hier, par inadvertance, sur ces mêmes colonnes, que Bank Al Maghrib a abrité une « réunion du Conseil national du crédit et de l’épargne ». Il fallait bien lire «réunion du Conseil de Bank Al Maghrib». C’est cet organe qui, lors de ses réunions trimestrielles, décide de la politique monétaire à mener. Toutes nos excuses à nos lecteurs et à Bank Al Maghrib


Mohamed KADIMI
Jeudi 24 Décembre 2009

Lu 1594 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs