Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bangui, sous haute tension, paralysée par des barricades

La présidente centrafricaine appelle au calme




Au moins 36 personnes ont été tuées dans les récentes violences en Centrafrique, et au moins 27.400 autres ont été déplacées depuis samedi, s'est alarmé mardi l'ONU.
 "Nous craignons que la violence que nous voyons à Bangui soit un retour aux jours sombres de la fin 2013 et de 2014, lorsque des milliers de personnes ont été tuées et des dizaines de milliers ont dû fuir leurs foyers", a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, Leo Dobbs, lors d'un point de presse à Genève.
Bangui est restée paralysée toute la journée de lundi par des barricades érigées sur ses principaux axes, dans un climat d'extrême tension après un week-end de violences meurtrières accompagnées de pillages.
 Trois manifestants ont été tués et sept blessés à la mi-journée par des tirs de Casques bleus de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca), chargés de la protection des abords du palais présidentiel, a indiqué à l'AFP une source hospitalière, sous couvert de l'anonymat.
 Les manifestants s'étaient dirigés vers la présidence en réclamant la démission de la présidente de transition, Catherine Samba Panza, actuellement à New York pour participer à l'Assemblée générale des Nations unies.
 Celle-ci a quitté New York lundi pour rentrer précipitamment à Bangui, a-t-on appris de sources diplomatiques occidentales. Une réunion sur la Centrafrique était pourtant prévue jeudi en marge de l'Assemblée. Elle a appelé la population de Bangui au "calme" après les violences meurtrières de ces derniers jours, dans un message en langue nationale sango diffusé mardi matin par la radio nationale.
 Le Conseil de sécurité de l'ONU a exprimé lundi soir sa "profonde préoccupation" concernant la situation en Centrafrique et appelé à l'"arrêt immédiat des violences". Il a réitéré son "soutien aux autorités de transition, dirigées par Catherine Samba Panza", et appelé à la tenue d'élections libres et transparentes "d'ici la fin 2015".
La Minusca affirme que les Casques bleus défendant le palais présidentiel n'ont pas "ouvert le feu" contre des manifestants, dans un communiqué transmis à l'AFP à Libreville.
"Les responsables des Casques bleus de la Minusca nient qu'ils aient ouvert le feu sur les populations", indique le bref communiqué. "Cela dit la Minusca reste préoccupée par de telles allégations et va procéder à leur vérification".
 Après la dispersion de la manifestation, des tirs d'origine indéterminée ont été entendus dans un autre quartier de la capitale et un adolescent a été tué par "une balle perdue", selon cette source hospitalière.
 En l'absence de bilan officiel du gouvernement de transition semblant dépassé par la situation chaotique, les estimations du nombre de victimes depuis samedi vont d'une vingtaine à une trentaine de morts et une centaine de blessés, selon les sources hospitalières et humanitaires.
 Médecins sans frontières (MSF) parle notamment d'au moins 21 tués: "En 24 heures, plus de 100 blessés et 21 décès ont été enregistrés, mais le bilan définitif pourrait être plus élevé", indique l'ONG. L'Unicef fait état d'"une trentaine de tués" dans un communiqué.
 La circulation est restée inexistante lundi sur les avenues de la capitale centrafricaine. Les forces française Sangaris et de la Minusca toujours présentes pour tenter de stabiliser le pays après les massacres intercommunautaires de 2013-2014, étaient positionnées en différents points de Bangui.
 Craignant, comme les chauffeurs de taxis, d'être agressés ou dévalisés, la plupart des commerçants n'ont pas ouvert leurs échoppes lundi matin à la levée du couvre-feu instauré la veille par le gouvernement de transition.
 Le couvre-feu n'a d'ailleurs pas été respecté, des pillages ont été signalés pendant la nuit dans divers quartiers et des tirs ont retenti à plusieurs reprises.
 "La gendarmerie, le ministère de la Défense et la radio d'Etat ont été attaqués cette nuit par des individus armés", a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat une source militaire centrafricaine. "L'attaque a été repoussée, faisant des victimes parmi les assaillants", a ajouté cette source, sans pouvoir fournir de bilan précis, ni d'identification des assaillants.

Mercredi 30 Septembre 2015

Lu 411 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs