Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Baltasar Garzón écorne l’image du Parti populaire

La droite espagnole empêtrée dans une affaire de pots-de-vin




Deux costumes sur mesure, cinq pantalons haut de gamme, une ceinture en cuir, un smoking (pour un voyage à New York), une chemise blanche à plastron amidonné (pour un déplacement au Vatican)… Il y en a pour 12 783 euros de vêtements de luxe. Autant de «cadeaux» qu’aurait reçus Francisco Camps, le chef de la droite à Valence et Premier ministre régional. En échange, celui-ci aurait réservé «l’exclusivité de juteux contrats» à des entrepreneurs véreux.
Ce n’est qu’un petit extrait du procès-verbal du juge Baltasar Garzón, décrit par le menu détail, vendredi, dans les pages du quotidien El País, qui écorne l’image du Parti populaire (PP) et vient lui gâcher sa nette victoire aux législatives de Galice. Cette affaire de pots-de-vin, instruite par le juge Garzón depuis début février, a pris un tour plus spectaculaire. On parle désormais de millions d’euros détournés. Les leaders conservateurs crient au «complot» contre leur mouvement et accusent le célèbre magistrat de «servir les intérêts» des socialistes au pouvoir.
Même si Garzón est sur le point d’être dessaisi de l’affaire (au profit des tribunaux de justice régionaux), la colère de la droite est à mesure de l’ampleur du scandale. Depuis 2003, un certain Francisco Correa, patron d’une société qui organise de «l’événementiel», aurait payé des pots-de-vin à des dirigeants du PP qui, en échange, lui assuraient l’organisation de meetings, congrès du parti, foires diverses, voire mariages et lunes de miel de hauts dirigeants.
Parmi les personnalités en cause, du beau linge : tous les suspects font partie des instances du PP dans les régions de Madrid et de Valence, les deux grands bastions de la droite. Outre le chef des Populares de Valence, Francisco Camps, sont impliqués son adjoint et une dizaine de hauts fonctionnaires. Dans la capitale, on compte trois députés régionaux, de nombreux élus municipaux et quatre maires de villes moyennes - deux d’entre eux ont dû démissionner. En nature. D’après le procès-verbal, les intéressés recevaient ces prébendes en liquide ou en nature (écrans plasma, vêtements et autres voitures de luxe, voyages dans les Tropiques)… Le député López Viejo aurait touché à lui seul 563 000 euros pour l’organisation d’«événements officiels» accordés aux sociétés du désormais fameux Francisco Correa.


L
Lundi 9 Mars 2009

Lu 191 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs