Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ballet diplomatique axé sur la situation en Syrie

Les chefs des diplomaties iranienne et syrienne à Moscou




Ballet diplomatique axé sur la situation en Syrie
Les chefs des diplomaties iranienne et syrienne sont arrivés ensemble dans la nuit de mercredi à jeudi à Moscou pour des négociations centrées sur la situation en Syrie, à moins d’une semaine d’une conférence de paix visant à trouver une solution politique au conflit syrien.
Mohammad Javad Zarif s’était entretenu la veille à Damas avec Walid Mouallem et le président syrien Bachar Al-Assad.
Les deux ministres doivent tenir jeudi une réunion tripartite avec leur homologue russe Sergueï Lavrov.
M. Zarif sera également reçu par le président russe Vladimir Poutine.
«Les positions de la Russie et de l’Iran sur la crise syrienne ont beaucoup de points de convergence, en premier lieu en ce qui concerne la solution pacifique à cette crise, qui est sans alternative», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, diffusé à la veille de cette visite.
Les pourparlers à Moscou interviennent à moins d’une semaine de la conférence de paix internationale dite Genève II, qui vise à réunir des représentants du pouvoir syrien et de l’opposition pour tenter de trouver une solution politique au conflit en Syrie qui a fait 126.000 morts selon une ONG syrienne.
Principal allié du régime syrien auquel elle vend des armes, la Russie souhaite la présence de l’Iran à cette conférence de paix prévue le 22 janvier à Montreux en Suisse, alors que Washington reste pour l’heure hostile à la participation de la République islamique, qui soutient également Damas.  
Le ministère russe des Affaires étrangères a cependant souligné que la conférence Genève II devait «se baser sur les dispositions du communiqué de Genève adopté le 30 juin 2012», qui prévoit la formation d’un gouvernement de transition en Syrie, un document rejeté jusqu’ici par l’Iran.
Téhéran refuse d’accepter le communiqué de Genève, car un gouvernement provisoire doté des pleins pouvoirs, qui associerait des rebelles et des représentants du régime, pourrait potentiellement écarter le président Bachar Al-Assad de la direction du pays. 
Mais pour les Etats-Unis, qui soutiennent l’opposition syrienne et dont la délégation à cette conférence de paix sera conduite par le secrétaire d’Etat John Kerry, l’Iran doit absolument accepter la transition politique en Syrie, s’il veut participer à Genève II.
Alors que les contacts diplomatiques s’intensifient pour faire réussir Genève II, la conférence des donateurs pour les victimes de la guerre en Syrie réunie mercredi à Koweït a permis de rassembler des promesses portant sur plus de 2,4 milliards de dollars, bien moins que les 6,5 milliards escomptés. 
 

AFP
Vendredi 17 Janvier 2014

Lu 406 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs