Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Baisse des cours du pétrole

Stocks abondants, renforcement du dollar, Grèce et Iran principales causes




Les cours du pétrole continuaient de baisser mardi en Asie, minés par le renforcement du dollar sur fond de possible hausse des taux directeurs américains et par l’accord sur le nucléaire iranien.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août cédait 46 cents à 51,74 dollars tandis que le baril de Brent de la mer du Nord lâchait 32 cents à 57,53 dollars.
Le dollar, monnaie d'échange sur le marché pétrolier, se renforçait face au yen mardi matin, à 123,54 yens contre 123,45 yens lundi soir à New York, et face à la monnaie unique européenne, à 0,910 euro contre 0,908 euro à New York. Mécaniquement, un billet vert élevé rend moins attractifs les achats de brut. Le dollar bénéficie de l'absence de rebond de l'euro après l'accord entre Athènes et la zone euro sur sa dette, les investisseurs restant prudents sur le règlement final de la question. La monnaie unique pâtit également de l'hypothèse d'une hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale (Fed) qui creuserait l'écart entre les politiques monétaires européennes et américaines.
Côté offre, les courtiers s'inquiètent d'un afflux de pétrole iranien sur un marché déjà pénalisé par une production et des stocks abondants.
Après 17 jours d'intenses tractations à Vienne, les chefs de la diplomatie du groupe P5+1 (Etats-Unis, Allemagne, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) de l'Iran et de l'Union européenne avaient enfin obtenu un accord avec Téhéran. Les ministres du P5+1 devraient tenir une rencontre, potentiellement finale, mardi matin avant l'annonce officielle de l’accord plaçant le programme nucléaire iranien sous surveillance internationale en échange d'une levée des sanctions frappant la République islamique depuis plus d'une décennie.
L'Iran pourrait ainsi doubler ses exportations de brut et ajouter aux difficultés d'un marché qui produit plus qu'il n'écoule. L'Opep, qui avait maintenu en l'état début juin son plafond théorique de production, a encore ajouté au marasme cette semaine.
Le cartel emmené par l'Arabie saoudite a révisé en hausse sa prévision de demande mondiale pour 2015 et annoncé une accélération l'an prochain, mais a aussi prévenu que cette avancée s'accompagnerait d'une progression de la production et ne changerait donc pas la situation de surabondance avant 2016.
Lundi, le cours du baril de "light sweet crude" avait perdu 54 cents à 52,20 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le Brent avait cédé 88 cents à 57,85 dollars.

Mercredi 15 Juillet 2015

Lu 241 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs