Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Baisse de l’euro Quelles implications pour l’économie marocaine ?



La révision de la pondération du panier des devises est nécessaire mais insuffisante



Baisse de l’euro   Quelles implications  pour l’économie marocaine ?
A fin mars, la monnaie européenne a atteint son niveau le plus bas face au dollar depuis 10 ans, soit 1,05 dollar. Cela signifie automatiquement une dépréciation de l’euro et une appréciation du dollar par rapport à la monnaie nationale marocaine (dirham). Quelles implications pour l’économie ? 
Puisque la zone euro est notre premier partenaire économique, il est clair que si l’euro poursuit sa dépréciation, cela conduira automatiquement à la surévaluation du dirham marocain, laquelle va impacter l’économie marocaine. Surtout si l’on sait que le dirham est côté sur la base d'un panier de devises composé à hauteur de 80% d'euros et 20% de dollars américains. En effet, d’abord, avec un dirham plus cher, les exportations marocaines facturées en euro seront moins compétitives, ce qui risque, toutes choses égales, de nous faire perdre des parts de marché. De même, les exportations marocaines destinées à l'export rapporteront moins de dirhams après la dépréciation de l'euro, ce qui va faire chuter nos entrées en devises. Côté importations achetées aux partenaires européens, elles seront moins chères bien évidemment. Autrement dit, la dépréciation de l’euro servira les importateurs (en euro) et desservira les exportateurs (euro).
Les transferts marocains à l’étranger seront également impactés négativement puisqu’une dépréciation de l'euro baissera automatiquement la valeur des transferts en dirhams à très court terme. Mais si à moyen et à long terme, la croissance revient dans la zone euro, les transferts seront améliorés grâce à l’effet volume. Concernant le tourisme, un dirham fort (par rapport à l'euro), pour ne retenir que ce facteur, rendra le Maroc une destination plus chère et moins compétitive. Au niveau de la dette du Maroc, il est clair qu'une dépréciation de l'euro va baisser relativement les charges d'intérêt du Maroc, étant donné qu'une grande partie de la dette extérieure marocaine est libellée en euro.
Par rapport au dollar, son appréciation par rapport au dirham est une mauvaise nouvelle pour nos importations libellées en dollar. Ceci est d’autant plus vrai que le Maroc importe la quasi-totalité de l'énergie en dollar. Sans parler du fait que l’Asie, qui utilise généralement le dollar dans ses relations commerciales, est le deuxième partenaire du Maroc. Plus intéressant encore, le Maroc ne profitera pas pleinement de la récente baisse des cours de pétrole puisque le dirham est indexé principalement à l'euro et non au dollar. En revanche, pour les exportations libellées en dollars, notamment les phosphates, elles verront la valeur de leurs recettes augmenter du fait de l’appréciation de la valeur du dollar.
L’on voit bien que les effets restent contrastés sur l’économie marocaine, mais, puisque l’économie marocaine reste arrimée à la zone euro et est peu diversifiée (peu d’échanges avec les économies traitant avec du dollar), il est clair que les effets négatifs l’emporteront sur les effets positifs, mais l’effet net négatif sera pour l’instant limité avec des cours de pétrole faibles. Cette situation soulève la question de la pertinence de la politique de change fixe marocaine dans sa globalité.
D’ailleurs, conscient des risques de dégradation des équilibres macroéconomiques, la banque centrale marocaine et le ministère des Finances viennent de revoir, le 13 avril dernier, la composition du panier de cotation (composé à hauteur de 80% d'euros et 20% de dollars américains) auquel est arrimé la monnaie marocaine, car celui-ci ne reflétait plus la réalité des échanges extérieurs marocains. Le nouveau panier est désormais composé de 60% d’euros et 40% de dollars.
Bien évidemment cette décision va dans le bon sens dans la mesure où l’ancien panier ne reflétait plus la réalité des échanges extérieurs marocains. Cette actualisation du panier de cotation permettra de réduire la dépendance du Maroc vis-à-vis de l’économie de la zone euro et d’amortir les fluctuations du dirham par rapport à l’euro. Surtout en ce moment où la dépréciation de l’euro a globalement un impact négatif sur l’économie marocaine, il était impératif d’amortir cet impact en révisant à la baisse le poids de l’euro dans le panier. Cette décision pourra aussi aider les opérateurs marocains à optimiser les commissions de change nécessaires pour l'achat et la vente des devises, payer nos importations dans les devises indiquées en fonction des recettes des exportations, et enfin réduire les risques qui peuvent peser sur la dette publique et celle du Trésor. Certes, il y a le risque de renchérissement des importations avec l’appréciation du dollar et l’augmentation de sa pondération dans le panier, mais si le cours du pétrole garde son faible cours actuel, cela pourrait garder la facture énergétique nationale dans des limites raisonnables et ne pas menacer les équilibres macroéconomiques. Autrement dit, le timing est favorable à cette révision. D’ailleurs, suite à cette actualisation du panier de cotation, il n'y avait pas de changement majeur dans les deux valeurs phares: DH vs Euro et DH vs Dollar. Cela signifie qu’il s’agit d’un ajustement technique visant à stabiliser le dirham et donc à protéger notre économie contre les risques de variations de change.
Maintenant pour prétendre développer la résilience et la compétitivité de l’économie marocaine, il va falloir, à moyen et à long terme, abandonner le rattachement du dirham au panier de devises et passer à un régime de change à taux flottant en fonction de l’offre et de la demande sur le marché des changes, qui est plus flexible. Au regard de la structure réelle de l’économie marocaine, il va falloir procéder en introduisant de manière graduelle des doses successives de flexibilité. Ainsi, on peut passer dans un premier temps à des régimes de change partiellement flottant comme un régime de parité glissante dans lequel le taux  de change est en principe fixe, mais la parité de référence est modifiée régulièrement selon des  paramètres prédéterminés ou de manière plus discrétionnaire afin de compenser partiellement au moins les écarts d’inflation avec le pays d’ancrage. Ou encore un régime de flottement administré dans lequel les taux de change sont flottants, mais des interventions ponctuelles et/ou coordonnées des banques centrales informent les marchés sur la parité considérée comme souhaitable.
Ainsi, la révision de la pondération du panier des devises est nécessaire, mais insuffisante pour préserver la compétitivité de l’économie marocaine dans son ensemble. L’introduction graduelle et prudente de la flexibilité dans la politique de change actuelle, tout en accélérant les autres réformes structurelles, est indispensable pour une économie plus compétitivité. Au regard de l’amélioration des équilibres macroéconomiques, surtout le taux d’inflation faible, il est possible d’envisager ces solutions dans un avenir proche.
 

Par Hicham El Moussaoui Maitre de conférences en économie à l’université Sultan Moulay Slimane
Lundi 11 Mai 2015

Lu 549 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs