Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bachelet promet le changement au Chili

Le come-back de la présidente socialiste




La socialiste Michelle Bachelet, élue à nouveau présidente du Chili dimanche, a promis de mener «enfin» à bien «de profondes transformations» pour combler les attentes d’un pays en proie à de grandes inégalités.
Michelle Bachelet s’est imposée, malgré une forte abstention, par 62,1 % des votes au deuxième tour face à la candidate de droite Evelyn Matthei, qui a obtenu 37,8 % des voix, un des pires résultats d’un parti de droite depuis le retour de la démocratie.
A peine les résultats connus, sa rivale de droite Evelyn Matthei lui a adressé ses félicitations.
Pour sa part, le président sortant Sebastian Piñera a appelé, en direct à la télévision, la nouvelle présidente, une tradition républicaine prisée au Chili.
«Vous avez obtenu une grande victoire» a déclaré Pinera qui avait lui-même succédé à Bachelet en 2010, «et je voudrais vous souhaiter le plus grand succès».
Mme Bachelet, dans son discours de victoire, a insisté sur l’urgence de construire un «Chili plus juste» et d’en «finir avec les inégalités».
«Il est temps de mener des changements de fond» dans le pays, même si cela ne sera «pas facile», a-t-elle déclaré à la tribune devant des milliers de partisans enthousiastes à Santiago.
«Ça ne va pas être facile, mais quand a-t-il été facile de changer le monde pour l’améliorer?» a-t-elle lancé. Après un premier mandat en 2006-2010, Michelle Bachelet, 62 ans, médecin de formation et première femme élue à la tête d’un pays sud-américain, a confirmé les pronostics qui lui promettaient une victoire très confortable.
Première présidente chilienne réélue en 60 ans, la socialiste n’aura toutefois pas la tâche facile face aux attentes de la société chilienne, en particulier des jeunes.
 Consciente de ces attentes, elle a promis de mettre en marche ses réformes dans les cent jours suivant son investiture le 11 mars prochain.
Son programme est notamment fondé sur une révision de la Constitution de 1980 héritée de la dictature, une réforme fiscale envisageant une augmentation de l’impôt des sociétés de l’ordre de huit milliards de dollars (3% du PIB) destinée notamment à une refondation du système éducatif pour instaurer une éducation publique de qualité, l’amélioration du système de santé et des services publics.
La nouvelle présidente du Chili hérite d’un pays un peu essoufflé par le ralentissement de l’économie mondiale, un recul des investissements et la baisse des prix du cuivre, dont il est le premier producteur au monde.

Libé
Mardi 17 Décembre 2013

Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs