Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Baccalauriat : La session de juin n’a souri qu’à un candidat sur trois




Sur 335.680 candidats qui ont passé l’épreuve du baccalauréat au titre de la session ordinaire de juin 2009/2010, seuls 118.052 élèves ont pu décrocher leur diplôme. Soit presque un candidat sur trois a réussi les épreuves du Baccalauréat. Certes le ministère de tutelle annonce une hausse  de 34,75 % par rapport à 2009, mais si l’on prend en considération le nombre de candidats qui a augmenté, on n’enregistre pas une grande amélioration du taux de réussite. On notera également que  125.000 élèves  auront droit à passer   la session de rattrapage prévue les 5, 6 et 7 juillet prochain, soit 44% du nombre des candidats ayant passé la première session, le reste sera contraint soit de redoubler soit de quitter définitivement l’école après avoir épuisé le nombre d’années de redoublement permis. Par ailleurs,   le département de Khchichen précise que  52% des élèves ayant réussi   sont de sexe féminin, précisant que le taux de réussite des élèves scolarisés a atteint 43,78% contre 37,04 lors de la session ordinaire de 2009. Toujours  selon le ministère  de l'Education nationale, le taux de réussite dans les branches scientifiques, mathématiques et techniques est  plus élevé par rapport aux filières littéraires et originelles. D’autre part, le ministère se félicite  du bon déroulement des épreuves de Bac ; cependant on est encore loin des conditions qui permettent de garantir l’égalité des chances et d’assurer la sécurité du corps enseignant pour une meilleure crédibilité de notre diplôme et la fiabilité de notre système éducatif. Certes, cette année  on a enregistré une nette volonté  officielle  de lutter contre le phénomène de la triche. D’ailleurs, un guide a été distribué aux candidats pour les sensibiliser aux effets de la fraude sous toutes ses formes mettant en avant les lois et sanctions  relatives à  cette infraction.  
 Cependant, l’ambiance dans laquelle se déroule généralement l’examen du Bac reflète une situation conflictuelle et tendue dont souffrent  atrocement les enseignants qui sont souvent confrontés à des tentatives de fraude agressives des candidats et sans protection aucune dans la plupart des cas. Il est vrai qu’une loi régit le phénomène de  la triche mais lorsque celle-ci se généralise, il est difficile de juguler son ampleur.

KAMAL MOUNTASSIR
Jeudi 24 Juin 2010

Lu 536 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs