Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

BMCE Bank of Africa décroche le visa de l’AMMC pour l’émission d’un emprunt obligataire




L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a visé, récemment, une note d’information relative à l’émission par le Groupe BMCE Bank of Africa d’un emprunt obligataire subordonné de 2 milliards de dirhams (MMDH).
Selon un communiqué de l’AMMC, cette opération porte sur l’émission de 20.000 obligations subordonnées d’une valeur nominale de 100.000 dirhams, cotées à la Bourse de Casablanca et non cotées et réparties en 4 tranches.
D’une maturité de 10 ans, les tranches B et D offrent une prime de risque entre 85 et 95 points de base avec un taux d’intérêt révisable annuellement, tandis que les tranches A et C au taux fixe offrent, quant à elles, une prime de risque entre 90 et 100 points de base.
La souscription est réservée aux investisseurs qualifiés de droit marocain tels que listés dans la note d’information, précise le gendarme de la bourse, notant que la période de souscription s’étalera du 16 au 20 juin courant inclus.
La présente émission a pour objectif principal de favoriser le renforcement des fonds propres complémentaires de second niveau de la Banque et de financer les opérations courantes relatives à l’exercice de son activité, explique BMCE Bank of Africa dans la note d’information relative à l’opération.
Cette dernière vise aussi à financer le développement international du Groupe, tout en soutenant son plan de développement tant au Maroc qu’en Europe et en Afrique subsaharienne, a-t-elle ajouté.
Selon la note d’information, la présente émission est réservée aux investisseurs qualifiés de droit marocain, à savoir: les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM), les compagnies financières, les établissements de crédit, les compagnies d’assurance et de réassurance, la Caisse de dépôt et de gestion et les organismes de pension et de retraite.
La limitation de la souscription aux investisseurs qualifiés de droit marocain a pour objectif de faciliter la gestion des souscriptions sur le marché primaire. Il reste entendu que tout investisseur désirant acquérir les obligations pourra s’en procurer sur le marché secondaire, souligne la même source.
Par ailleurs, le Conseil d’administration de la Banque a décidé de limiter le montant de la souscription pour chaque tranche aux montants des souscriptions obtenus.
L’obligation subordonnée se distingue de l’obligation classique en raison du rang de créance contractuellement défini par la clause de subordination. L’effet de cette clause de subordination étant de conditionner en cas de liquidation de l’émetteur le remboursement de l’obligation au désintéressement de tous les créanciers privilégiés ou chirographaires.

Libé
Lundi 13 Juin 2016

Lu 642 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs