Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

B2S maintient ses emplois en France : Coup de semonce pour l’offshoring marocain




B2S maintient ses emplois en France : Coup de semonce pour l’offshoring marocain
Mauvaise nouvelle pour l’offshoring au Maroc. Le suspense qui tenait en haleine les responsables français quant à la délocalisation des emplois de B2S vient de prendre fin.  La majorité des emplois liés à ce centre d'appels devraient être localisés en Ile-de-France et non au Maroc, comme prévu initialement. C’est ce qui a été annoncé par le STIF, organisme public chargé des transports en île-de-France. Le gouvernement français semble avoir eu, de ce fait, gain de cause et les opérateurs marocains avoir perdu la première manche du combat.
L’affaire a fait grand bruit lorsqu’il a été révélé en juillet dernier que le STIF avait choisi de confier la gestion de sa carte Solidarité Transport à un centre d'appels dont la plateforme est basée au Maroc. Cela va à l’encontre de la politique du gouvernement français contre les délocalisations. Un bras de fer s’en est même suivi entre Arnaud Montebourg et Jean-Paul Huchon. Du côté de B2S, on se veut rassurants. « Le contrat passé avec le STIF concerne 55 salariés et il n'a jamais été question qu'ils soient tous basés au Maroc », se défend Maxime Didier, PDG de l'entreprise, qui apporte deux autres contreparties : 30 CDI seront créés sur le territoire français avant le début de son contrat, en 2013, et « un projet de centre d'appels d'une centaine d'emplois en Ile-de-France » est en cours.
Mais toutes ces garanties ne semblent pas être suffisantes.  Valérie Pécresse, chef de file UMP à la région, réclame « la réalisation au plus vite d'un audit de tous les marchés publics de la région Ile-de-France et du STIF au regard du critère de l'emploi en France ». Derrière la polémique, c'est le Code des marchés publics, et l'absence de toute référence à la localisation des emplois, qui est remis en cause. C'est donc sur ce volet qu'Arnaud Montebourg et le STIF se sont engagés à travailler.
De son côté, l'entreprise Webhelp, à laquelle le marché va échapper, avait déposé un référé, sur lequel s'est prononcé le tribunal administratif de Paris. "La justice a confirmé la régularité de la procédure de mise en concurrence pour le renouvellement du marché public", s'est réjoui le Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF)
Et le Maroc dans tout cela ? Va-t-il continuer à afficher son optimisme et prétendre que les délocalisations ne présentent que des avantages pour les entreprises françaises ? Cette bataille ne sert aucunement ses intérêts. Certes aucune annonce d’une éventuelle suppression d’emplois au niveau de B2S n’a été faite officiellement mais l’épée de Damoclès menace à tout moment de tomber. Et ce  sont 5.000 emplois qui risquent de disparaître si le gouvernement marocain ne prend pas le taureau par les cornes et consente à défendre les intérêts de ses opérateurs.

Nezha Mounir
Samedi 25 Août 2012

Lu 1426 fois


1.Posté par taha mk le 16/10/2012 17:44
je suit pas contre le retour des entreprises françaises (b2s) chez elle et je rappel qu'un accord relie les 2 pays au niveau de l’offshore. malgré sa je comprend pas est ce l’État français qui incite les entreprise a retourné suite a la crise économique? ou est ce que se sont les entreprise qui ont prie cet initiative. ?
le problème qui se pose c’est que l'entreprise b2s a décidé de licencies tous ceux qui travaillais plus-que 5ans chez pour minimisé ls couts et au lieu de trouvé une solution positive soit l'indemnisation des 333 salarié de b2s Casablanca. il ont décidé d'utilisé des manière de vandalisme et de pression et de non respt de la deontholgie de travail
C'est vraiment inadmissible et inacceptable et illégale selon le droit international et aussi contre les droits de l'homme qu'une entreprise soit relocalise chez elle et sans aucun préavis ni d'indemnité de licenciement pour des raisons économique.
pour conclure je précise que je suis membre de comité d'entreprise et au même temps un syndicaliste victime de l’entreprise B2s qui est décidé de me licencier abusivement pour effacé tout présence de syndicat qui défendent les droit de salarié
TAHA : Repentant syndical UGMT Maroc

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs