Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Aziz Akhennouch claque la porte du RNI et redevient technocrate : Le compte à rebours a commencé pour le gouvernement Benkirane




Aziz Akhennouch claque la porte du RNI et redevient technocrate : Le compte à rebours a commencé pour le gouvernement Benkirane
La démission d’Aziz Akhennouch du Rassemblement national des indépendants, dimanche 1er janvier, a servi de compte à rebours à la formation du gouvernement Benkirane. Dans les rangs de la majorité, les téléphones portables ont crépité toute la nuit du 31 décembre et avant le douzième coup de minuit, on était pratiquement fixé sur la composition du prochain Exécutif. «La nomination du cabinet que conduira Abdelilah Benkirane est imminente. C’est une question d’heures», confiait ce dimanche un leader de la majorité sur le ton de «cette fois-ci, c’est la bonne». Une redistribution des cartes aurait été faite. Les quelques retouches retardant la nomination de l’Exécutif ont été en fait et selon nos informations des changements majeurs. L’Istiqlal détiendrait désormais le précieux ministère des Finances dont le locataire ne serait autre que Nizar Baraka. Une concession de taille pour le PJD qui aurait réussi (en contrepartie ?) à maintenir Mostafa Ramid à la Justice. Quant au démissionnaire du jour, Aziz Akhennouch, il est, lui, annoncé à l’Agriculture.
La nouvelle  de sa démission  est tombée dimanche matin. Le député de Tiznit, l’un des principaux hommes forts du RNI, a fait parvenir le scoop sous forme de communiqué à l’Agence Maghreb arabe presse pour annoncer sa démission de ce parti qu’il avait rejoint en 2007, à la veille de la formation du gouvernement d’Abbas El Fassi, et  après qu’il ait été «courageusement» refusé par le Mouvement populaire. Selon nos informations, le président Mezouar  ne l’a appris que dimanche matin, quelques minutes avant que le communiqué ne soit rendu public. Aux environs de 11 heures, le leader était encore sous le choc de la nouvelle. Au RNI, personne n’a rien vu venir même si les uns et les autres avaient eu vent de la détérioration des rapports entre Mezouar et Akhennouch, le premier ayant opté pour l’opposition et le second défendant la thèse de la participation au gouvernement. «Mais jamais nous ne pensions qu’Akhennouch allait présenter sa démission et abandonné, conformément à la loi, son siège de député. C’est un coup dur pour le RNI», commente ce membre du bureau exécutif du Rassemblement national des indépendants.
Que signifie la défection soudaine de celui qui était  pourtant donné favori à la succession de Salaheddine Mezouar ? La question se pose d’autant plus qu’Akhennouch ne tarit pas d’éloge sur sa famille politique, n’avance aucune raison politique ou personnelle  à sa démission et va jusqu’à prédire un avenir brillant au Rassemblement national des indépendants qui continuera, écrit-il dans son communiqué «à jouer un rôle de premier plan sur la scène politique. «Akhennouch va rejoindre le gouvernement Benkirane pour diriger le département  de l’Agriculture et de la  Pêche maritime, un poste qu’il occupait déjà au sein du gouvernement sortant», assure une figure de la majorité actuelle. 
L’ex-Rniste retrouvera donc le fameux Plan Vert dont il avait réussi, selon les professionnels,  la mise en œuvre. C’est en technocrate que l’ancien ministre, élu sous les couleurs du parti de la colombe, va rejoindre l’équipe ministérielle d’Abdelilah Benkirane. Dans le communiqué annonçant sa démission, il assure en effet qu’il «ne rejoindra pas une autre formation politique». La morale politique est sauve mais pas vraiment la pratique politique. Un homme politique, imposé à la vie partisane en 2007, rejoint la technostructure à la veille de la formation d’un gouvernement issu pour la première fois des urnes. Les vieux démons ne sont pas vraiment morts. «Voila qui donne à réfléchir, d’autant que M. Aziz Akhennouch ne claque pas la porte de son parti à cause d’un différent politique ou idéologique. Il redevient techno ou on lui fait perdre ses couleurs partisanes pour rejoindre un gouvernement conduit par le leader islamiste du PJD. Nous pensions que de telles pratiques étaient révolues même si cet homme est libre de conduire sa carrière comme il l’entend. C’est une question de morale en ces temps de nouvelle Constitution», souligne ce membre du Bureau politique de l’Union socialiste des forces populaires, un parti de l’opposition.
Aziz Akhennouch parti, c’est son second sur la liste électorale RNI qui occupera son fauteuil de député. «Mais les conséquences sur le parti vont être grandes. C’est un coup qui vient d’être porté au Rassemblement. Le prochain congrès sera difficile. Akhennouch était un acquis énorme pour nous et il est pour beaucoup dans les résultats que nous avons obtenus aux législatives du 25 novembre», conclut un dirigeant du RNI.

Narjis Rerhaye
Lundi 2 Janvier 2012

Lu 1530 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs