Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Azemmour, El Jadida et Sidi Bouzid préparent la deuxième édition du Festival Jawhara : Une fête à la mesure de la province




Azemmour, El Jadida et Sidi Bouzid préparent la deuxième édition du Festival Jawhara : Une fête à la mesure de la province
«El Jadida est une ville qui se prête à être une capitale de la culture», a soutenu Mouâad Jmaî, soulignant que cette province l’était déjà «vu le nombre d’écrivains et d’artistes connus qui sont d’origine jdidie».
Le gouverneur de la province d’El Jadida s’est ainsi exprimé lors d’une rencontre qu’il a présidée, vendredi 8 juin, visant à présenter le programme de la deuxième édition du Festival international Jawhara, qui se déroulera du 1er au 7 juillet sous le signe : «Musique et sport, leviers de changement».
Cette manifestation qui se veut participative et citoyenne, est l’œuvre commune de l’Association des Doukkala et de la province de  la ville d’El Jadida qui entendent mettre en place une fête à la mesure de la province.
300 artistes venus du Maroc et d’ailleurs participeront à cette manifestation pluridisciplinaire qui intègre dans sa structure trois villes : Azemmour, El Jadida et Sidi Bouzid. Des artistes de divers horizons qui transformeront, à l’instar de la première édition,  rues, places et plages en lieux de spectacle. Pour le plus grand plaisir des estivants auxquels les organisateurs promettent, outre la musique et les sports de plage, des expositions d’arts plastiques, un spectacle pyrotechnique et des animations pour enfants ainsi que de nombreuses autres activités de nature à redynamiser la province.
Si «le Festival Jawhara est conçu pour un public local et estival», selon Mohammed Saïri, tout porte à croire qu’il est surtout «destiné à offrir une meilleure visibilité pour les sites d’El Jadida, Azemmour et Sidi Bouziz ainsi qu’à promouvoir ces destinations», précise le directeur du Festival. A propos du sport, autre volet de ce Festival, ce dernier estime qu’il «est un moyen de développement de l’esprit d’équipe, du dépassement de soi et de la culture du travail et du mérite». Des valeurs qu’entend véhiculer le Festival à travers toute sa programmation.
Pour sa deuxième édition, le festival déroule le tapis à une palette d’artistes bien connus et appréciés sur la scène nationale. Najat Aâtabou,  Ribab fusion, Stati, Rola Saad, Fares Karam, Melhem Zein et Latefa Raâfat sont les invités de cette édition. Tout comme Muslim, Hoba Hoba Spirit, Cheb Bilal, Reda Taliani, Abderrahim Souiri et El Gato qui se donneront la réplique au grand bonheur des festivaliers.
Il sied de noter que les artistes invités ont été sélectionnés sur la base de «la notoriété de l’artiste et la qualité de sa prestation scénique. Vu la diversité culturelle de la région de par son héritage historique et son ouverture, nous avons également essayé de programmer des artistes d’horizons divers», explique Issam kamal, directeur artistique du Festival. Qui rappelle que «la diversité est aussi un critère capital».
Dans sa rubrique sport, le Festival propose des sports extrêmes sur la place de la Fontaine Sidi Bouzid et le beach sport sur la plage d’El Jadida. L’agenda prévoit également trois tournois internationaux. Le premier, Beach soccer, verra la participation de 12 équipes régionales. Ouverts au public, les deux autres tournois, beach volley et beach tennis, donneront lieu à des séances encadrées.
Enfin, c’est le concours «Jawhara talents» qui annoncera les couleurs de cette fête, du 1er au 3 juillet sur la scène Breija. Les lauréats de compétition, destinée à promouvoir les jeunes artistes en musique, monteront à nouveau sur scène, le 4 juillet, cette fois-ci pour une soirée grandiose.
A la question où en sont les différents travaux d’aménagement en chantiers dans la région alors que la fête s’approche, le gouverneur a déclaré que tout allait être fin prêt dans les délais, voire bien avant le début du Festival.

Jawhara 2012 a été certifié Rotana

En marge de cette rencontre, le groupe spécialisé dans l’industrie musicale et cinématographique a signé une convention avec les organisateurs afin de garantir une notoriété internationale au Festival et surtout offrir à Jawhara et à son public la possibilité d’accueillir des stars de la scène arabe. «C’est un honneur pour un jeune festival», s’est réjoui Mouâad Jmaî soulignant que la ville était la première dans le monde arabe à être certifiée Rotana.


ALAIN BOUITHY
Mardi 12 Juin 2012

Lu 863 fois


1.Posté par abdou le 12/06/2012 11:14 (depuis mobile)
Sidi Bouzid nécessite beaucoup de travaux pour embellir cette station balnéaire qui s'est dégradée (routes non goudronnées correctement, trottoirs qui necessitent carrelage , parkings des voitures et devantures des résidences non goudronnés qui dégagent beaucoup de poussières avec le vent et lors de passage des voitures, route secondaire qui mènent vers Moulay Abdellah mal goudronné et eclairage inéxistant . Il est temps que les responsables fassent un contrôle rigoureux pour embellir cette petite ville touristique pour la mettre en valeur.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs