Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ayrton Senna, la vie d’une légende: Naissance d'un pilote




Ayrton Senna, la vie d’une légende: Naissance d'un pilote
Initié au pilotage dès son plus jeune âge, Ayrton Senna dispute ses premières compétitions de karting à l'adolescence. Champion d'Amérique du Sud de karting en 1977, puis vice-champion du monde de la spécialité en 1978 et 1979, il émigre, en 1981, vers le Royaume-Uni, pour poursuivre sa carrière. Au Royaume-Uni, Senna ne tarde pas à se forger une solide réputation dans le milieu du sport automobile. Champion de Formule Ford 1600 britannique en 1981, puis champion de Formule Ford 2000 (britannique et européenne) en 1982, il remporte l'année suivante le relevé Championnat de Grande-Bretagne de Formule.
Sa rapidité alliée à un style très agressif ne passe pas inaperçue et certaines écuries de Formule 1 commencent à surveiller le jeune pilote. Ainsi, durant l'été 1983, alors que sa saison de Formule 3 n'est pas encore achevée, il est convié à un test par l'écurie Williams. Quelques mois plus tard, McLaren et Brabham testent l'espoir brésilien. Ces grandes équipes ne lui proposent toutefois pas de volant pour le Championnat du monde de Formule 1 1984 et c'est au sein de la modeste équipe Toleman que Senna effectue ses débuts en Grand Prix.
Senna effectue ses premiers tours de roues dans le ventre mou du peloton, mais inscrit son premier point dès la deuxième course de sa carrière en terminant sixième du Grand Prix d'Afrique du Sud, son statut change à l'occasion de la sixième épreuve de la saison (son cinquième départ dans la discipline), au Grand Prix de Monaco 1984. Alors que des trombes d'eau s'abattent sur la Principauté et mettent en déroute la plupart des pilotes, Senna livre une prestation solide : parti de la treizième place sur la grille, il est premier sous le drapeau à damier lorsque la course est interrompue avant son terme pour raison de sécurité. Conformément au règlement, la victoire est attribuée à Alain Prost, leader de l'épreuve un tour avant l'interruption. Cette performance, ainsi que sa dixième place au Championnat du monde avec 13 points, lui ouvrent les portes de l'écurie Lotus-Renault.
Les années Lotus : Premier succès
Chez Lotus, au sein d'une équipe capable de jouer régulièrement la victoire, Senna confirme immédiatement son potentiel en remportant le Grand Prix du Portugal, disputé le 21 avril 1985 sous un déluge à Estoril. Senna profite des 800 chevaux de son moteur Renault V6 turbocompressé2 pour réaliser sept pole positions lors de la saison 1985. Gérard Crombac, fondateur du journal spécialisé dans la course automobile et dans l'automobile sportive Sport Auto, ne tarde pas à le comparer à son défunt ami Jim Clark, double champion du monde de Formule 1.
Senna remporte sa seconde victoire de la saison sur le sélectif tracé de Spa-Francorchamps. Chez Lotus, Senna est particulièrement apprécié car, outre ses qualités de pilotage, il fait preuve d'une acuité rare dans le dialogue technique avec les ingénieurs.En 1986, Senna poursuit son apprentissage aux côtés des ingénieurs français Gérard Ducarouge et Bernard Dudot. A l'issue de sa victoire en Espagne, il s'empare de la tête du championnat et la conserve jusqu'au septième Grand Prix de la saison, le Grand Prix de Detroit, qu'il remporte. Grâce à ses deux victoires, il se classe quatrième du championnat du monde avec 55 points à la fin du championnat, devancé par Alain Prost sur McLaren-Porsche (72 points) et le duo Nigel Mansell-Nelson Piquet sur Williams-Honda (70 et 69 points).
En 1987, suite au retrait de Renault, Lotus signe avec le motoriste japonais Honda et change de sponsor : la livrée JPS noir et or est remplacée par le jaune de Camel. Senna connaît une saison difficile à cause principalement de la nouvelle technique de « suspension active » de sa Lotus 99T. Il décroche néanmoins la première de ses victoires à Monaco et remporte une nouvelle fois le Grand Prix de Detroit, qui reste la dernière victoire de Lotus en Formule 1. S'il monte sur huit podiums au cours de l'année, il ne termine que troisième du championnat, perdant la place de vice-champion à l'issue du dernier Grand Prix où, second sous le drapeau à damier, il est disqualifié pour freins non conformes.

(A suivre)

Libé
Mardi 24 Juillet 2012

Lu 123 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs