Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Avec neuf ans de retard, le MEN promet de supprimer l’échelle 9 : Les enseignants dénoncent une mesure injuste et tardive




L’échelle 9 sera prochainement bannie de l’enseignement public. Le nouveau ministre de l’Education nationale a promis sa suppression définitive vers la fin de 2013-début 2014.  Les futurs enseignants accéderont  directement à l’échelle 10 puisque les écoles de formation des instituteurs et les centres pédagogiques régionaux fusionneront.
En répondant à une question orale à la Chambre des conseillers, mardi dernier, Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, a affirmé que sur les 54.000 enseignants classés à l’échelle 9, 32.000 bénéficieront d’un avancement exceptionnel et que sur les trois promotions existantes, 30% ont bénéficié d’une promotion en 2011 et 33% au 1er janvier 2012.   
Concernant les promotions de 1993 et 1994 des centres pédagogiques régionaux (bac+2), le ministre a indiqué que leur dossier sera réglé prochainement.
Pour le ministre, le traitement de ce dossier n’est pas de tout repos vu son impact sur la masse salariale du MEN et sur le budget général de l’Etat.  Pourtant, il semble déterminé à mettre un terme à ce problème,  appelé symboliquement « cellule n°9 » pour  décrire la souffrance des enseignants ayant passé plus de 34 ans d’exercice dans les écoles publiques sans pouvoir dépasser cette échelle et qui stagnent à 4.000 DH au maximum par mois alors que d’autres enseignants travaillant le même nombre d’heures, dans la même école, perçoivent un traitement mensuel de 9000 DH.
Pour Abdeljalill Qarrat, membre fondateur de la Coordination nationale des enseignants de l’échelle 9, les mesures prises par le MEN sont des solutions de fortune puisqu’elles manquent d’effet rétroactif financier et administratif.
Il les qualifie d’injustes et de tardives. « L’avancement de ces enseignants à l’échelle 10 n’a pas de sens puisqu’il n’est pas accompagné d’une régularisation de leur situation financière et administrative. On exige une promotion à l’échelle 10 avec un dédommagement pour les arriérés », nous a-t-il expliqué.
Selon lui, il y a des enseignants qui revendiquent leur droit à l’augmentation de leurs salaires et le passage à l’échelle 10 depuis 16 ans. D’ailleurs, 13.000 d’entre eux ont déjà droit, depuis plusieurs années, à cette promotion dont l’entrée en vigueur était initialement prévue en 2003. « Je me demande à quoi sert cette promotion si ces années passées à l’échelle 9  ne seront pas dédommagées. Je crois que la suppression de cette échelle au niveau de l’enseignement public, sera beaucoup bénéfique aux futurs enseignants qui auront le droit d’accéder  directement à l’échelle 10 et non pour ceux qui y sont actuellement », a-t-il précisé. Concernant les 32.000 cas avancés par le ministre, M. Qarrat nous a révélé que ce chiffre contient plusieurs contre-vérités puisqu’il évoque uniquement les cas qui ont été promus par voie de concours ou titulaires de la licence en excluant les enseignants qui répondent aux conditions requises pour la promotion à l’échelle 10. Selon lui, cette manière de faire avancer les enseignants n’est pas objective et elle est injuste.
« Au sein de la Coordination, on a toujours demandé une promotion exceptionnelle et rapide pour tous, car on estime que c’est la seule solution pour ce dossier qui n’a que trop duré», a-t-il conclu.

Hassan Bentaleb
Mardi 7 Février 2012

Lu 2750 fois


1.Posté par futurbarbu le 07/02/2012 17:28
IL faut augmenter les pensions des retraites faibles du fait que les salaires de l'époque etaient tres faibles et les avancements se faisaient sur la tete des clients sans oublier les cotas et les diplomes sous évalués (1DEA Scientifique =ing d'appl = ech 10 ,passage à l'éch 11 au bout de 30 ans ; aujourd'hui DEA= MASTER= éch 11 =6000 dh salaire de depart).JUSTICE DONC pour les retraités!

2.Posté par mohammed le 22/02/2012 13:36
Monsieur le ministre, j’espère que les premiers à suivre vos suggestions et recommandations seront les responsables du service central du MEN commençant par le Secrétaire Général et terminant par les Directeurs des différents services. Un exemple qui frappe l’œil rapidement est celui de Madame la Directrice du de la DSI. Depuis sa nomination il y a bientôt six ans, elle n’a pas cessé de marginaliser les compétences et les cadres de la direction faisant appel à des sociétés privés pour des projets avec des ressources de l’Etat. En outre les marchés passés sous sa direction laissent énormément de doutes sur la transparence. Une simple opération d’audit ne tardera pas à dévoiler des millions de dirhams éparpillés à sa guise. Sa politique s’est basée sur le control de plusieurs projets informatiques mais la question est de savoir combien de projet ont eu de succès réel ? Aillant eu la nouvelle d’une visite que vous alliez probablement effectuer à la DSI, elle a donné des consigne claire pour empêcher les fonctionnaires de vous approcher et vous parler de leur problèmes. Elle prétend instaurer un système de control sur les fonctionnaires alors que des cas de vols de matériel et d’effets personnel ont été confirmés au sein de la DSI. Monsieur le Ministre il est aussi urgent de réviser le système de gestion comptable utilisé par la majorité des services centraux. La transparence brille par son absence, sinon comment explique la pratique courante que les fonctionnaire signe des états, pour des sommes déterminés, qui souvent tardent des mois pour passer au comptes bancaires personnel et il est très fréquents que le fonctionnaire reçoit toujours des sommes en deçà de ce qu’il avait signé, alors qui profite de cette différence ? La listes des problèmes et très longue Monsieur le Ministre et qui touchent la quasi-totalité des Directions du MEN. Bon courage et bonne chance.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs