Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Aux Grammys, Taylor Swift triomphe, Kendrick Lamar enflamme le public




Taylor Swift est devenue lundi la première femme à remporter deux Grammys du meilleur album, mais c'est Kendrick Lamar, son rival et ami, qui a donné la performance la plus incendiaire de la soirée et empoché cinq prix. Le producteur anglais Mark Ronson et le chanteur Bruno Mars ont quant à eux été sacrés meilleur enregistrement de l'année grâce à leur tube planétaire endiablé "Uptown Funk". Taylor Swift a remporté le prix le plus prestigieux des Grammy Awards pour "1989", référence à son année de naissance, après l'avoir déjà emporté en 2010 pour "Fearless". "En tant que première femme à gagner le prix de l'album de l'année aux Grammys deux fois, je veux dire aux jeunes femmes que vous rencontrerez beaucoup de gens qui tenteront de minimiser votre succès", a-t-elle déclaré.
Se posant en inspiration féministe, elle les appelle à "continuer à travailler" et à ne laisser personne voler leurs victoires. "1989", collection de tubes entêtants comme "Blank Space", "Shake It Off"  ou "Bad Blood", servis par des vidéos léchées, évoque jeux amoureux, rencontres sans lendemain, et relations qui s'enveniment. Avec 5,7 millions de copies écoulées aux Etats-Unis, il était celui aux plus fortes ventes de la période considérée pour la 58ème édition des Grammys.
Mark Ronson, qui remporte le deuxième prix le plus prisé de la soirée avec  le chanteur Bruno Mars, a expliqué aux journalistes qu'"Uptown Funk" est né  lors d'une improvisation en studio. "Bruno a sorti cette phrase «Michelle Pfeiffer in her white gold», et on s'est dit: «Tiens, c'est pas mal»!", a ajouté, en costume bleu nuit, le Britannique qui a aussi gagné le trophée du meilleur duo pop.
Autre grand gagnant de la soirée avec cinq Grammys, dont le meilleur album rap, Kendrick Lamar a enflammé le Staples Center de Los Angeles avec une performance viscérale. Dans un décor de prison, avec un faux oeil au beurre noir, il était entouré de danseurs qui brisent menottes et entraves et se lancent dans une chorégraphie évoquant les violences contre les Noirs aux Etats-Unis. Le rappeur de 28 ans a enchaîné sur "Alright", titre devenu l'hymne non-officiel du mouvement protestataire Black Lives Matter, cette fois au milieu d'un ensemble chorégraphique de danse africaine, devant un gigantesque  brasier.
Son album "To Pimp a Butterfly", qui mêle textes personnels sur les relations raciales, rap et expérimentations jazz, a été encensé par la critique mais les Grammys les plus prestigieux lui ont échappé.
L'hommage de Lady Gaga au dieu du rock David Bowie, décédé le mois dernier,  fut un autre temps fort de la soirée. Avec des cheveux oranges, un maquillage coloré et des effets lumineux sur son visage et sa combinaison blanche, elle a chanté sur "Let's Dance", "Rebel,  Rebel", entre autres.
Johnny Depp a quant à lui enfilé sa guitare pour un hommage à un autre défunt, Lemmy du groupe de hard rock Motörhead, aux côtés d'Alice Cooper.

Mercredi 17 Février 2016

Lu 1121 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs