Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Autosuffisance alimentaire en Afrique




Les pays africains peuvent rompre leur dépendance de l'importation de produits alimentaires et, en une génération, produire suffisamment pour nourrir leur population en dépit des problèmes liés au changement climatique, dit une étude rendue publique jeudi.
La recherche de nouvelles plantes résistantes à la chaleur, aux sécheresses ou aux inondations, l'amélioration du soutien aux petits agriculteurs et une plus grande implication des dirigeants nationaux dans l'élaboration de politiques allant du transport à l'éducation sont nécessaires, conclut l'étude dirigée par Calestous Juma, professeur à Harvard.
Environ 70% des Africains travaillent dans l'agriculture, mais près de 250 millions de personnes, soit un quart de la population, sont sous-alimentées. Ce nombre a augmenté de 100 millions depuis 1990.
Calestous Juma, qui est professeur de développement international, explique que l'autosuffisance alimentaire nécessitera un bouleversement des politiques qui ont induit dans de nombreux pays une dépendance par rapport à l'aide alimentaire et aux importations.
"Le changement climatique rend les choses plus difficiles", a-t-il toutefois reconnu dans une interview accordée à Reuters à l'occasion de la parution de l'étude, qui coïncide avec une réunion, jeudi en Tanzanie, de plusieurs dirigeants africains et avec la conférence sur le climat de Cancun, au Mexique.
Le groupe d'études de l'Onu sur le climat estime que quelque 220 millions de personnes risquent de connaître d'ici 2020 des difficultés supplémentaires d'approvisionnement en eau. Le continent africain, dit-il, sera confronté à davantage de canicules, d'inondations, de glissements de terrain, de sécheresses et à une désertification accrue.
Selon Juma, les dirigeants africains devront davantage s'impliquer dans le règlement des problèmes touchant à l'eau, l'énergie, les transports, les communications et l'éducation.
Si par exemple l'armée refuse de construire une route réclamée par le ministre de l'Agriculture pour créer un axe vital de distribution de nourriture, le président, qui est le commandant en chef de l'armée, a le pouvoir d'ordonner la construction de cette route.
La recherche, notamment sur les OGM, peut contribuer au développement de nouvelles variétés, peut-être en exploitant des caractéristiques de variétés locales, note Calestous Juma.

Reuters
Samedi 4 Décembre 2010

Lu 371 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs