Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Autoroutes du Maroc” n'en démord pas : Circulez, il n'y a rien à voir !




“Autoroutes du Maroc” n'en démord pas : Circulez, il n'y a rien à voir !
Si vous avez eu l'occasion d'emprunter les autoroutes ce week-end, vous aurez sûrement subi quelques désagréments lors de votre passage par les grandes gares de péage comme une attente un peu plus longue que d'accoutumée. En prenant votre mal en patience, vous avez certainement remarqué la main maladroite du guichetier d'un jour, qui vous a contraint à attendre. C'est qu'à défaut des visages coutumiers, vous aviez eu  affaire à des ingénieurs et autres cadres qui s'essayaient à la caisse le temps d'une grève. Pour certains, ceux ou celles, qui avaient à bifurquer moyennant quelques dirhams, le ressentiment dû à cette situation quelque peu contrariante, aura vite fait de s'apaiser au vu des guichets fermés et des barrières levées.
La cause de cette situation pour le moins burlesque : une grève dans un premier temps de 72 heures depuis vendredi et prolongée de 96 heures à compter d'hier et décidée par le syndicat des employés des centres d'exploitation de la Société nationale des autoroutes du Maroc. Raison de cette dernière qui n'en est pas à son début et qui dure depuis l'été dernier : l'intégration à la SNAM des agents des sociétés contractuelles, la déclaration à la CNSS, l'indemnisation des jours fériés et week-ends travaillés, l'amélioration des conditions de travail, le retour des employés licenciés abusivement. Il y va de soi que s'ajoute aux doléances de ce mouvement, une augmentation des salaires à laquelle ne devrait pas échapper la SNAM. Ces revendications, somme toute légitimes et tout à fait réalisables, la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) les a balayées d’un revers de la main.
Pour ce qui est de l'intégration en son sein « des employés des centres d'exploitation », elle la rejette catégoriquement et invoque pour raison « qu'ils travaillent pour le compte de sociétés sous-traitantes ». La SNAM s'inscrit en faux et va à l'encontre du Code du travail. En effet, après avoir formé le personnel  concerné (environ 1500 employés) et l'avoir exploité pendant deux ans, la loi est claire, elle se doit de le titulariser. ADM l’a engagé à travers  des contrats à durée déterminée (CDD) qu'elle n'a cessé de renouveler. Le travail ayant un caractère permanent, la démarche pour ce faire ne saurait être celle du saisonnier, la réglementation y veillant.
Dans son communiqué, la SNAM ne parle que d’un différend. Le vocable paraît pour le sérieux de la situation bien léger. Elle se doit de réagir au plus vite et de se mettre en harmonie avec les accords bilatéraux passés. De plus, en ayant recours lors des divers débrayages, à un autre personnel,  elle viole une fois de plus le Code du travail qui interdit tout remplacement d’un salarié pour motif de grève.
Le comportement loin d’être citoyen de la SNAM par ces temps où les mouvements sociaux se font de plus en plus fréquents et parfois même sous forme de violence,  ne fait  qu’attiser la tension perçue déjà l’été dernier. La paix sociale ne se fait pas par le mépris, elle nécessite respect et sens de responsabilité que malheureusement la direction de par son intransigeance aveugle ne semble pas posséder. En plus du prolongement des quatre jours, les employés grévistes envisagent sit-in et manifestations devant le siège à Rabat.
En attendant et a contrario des indignés, les loyaux commencent à fatiguer au grand dam des responsables. Vivement la gratuité, et l’ouverture des grandes gares au bonheur des usagers !

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 10 Avril 2012

Lu 1504 fois


1.Posté par adil dadi le 21/04/2012 19:10
bonjour, je suis gréviste et je suis employé des autoroutes du Maroc depuis 08 ans, mais chaque 01 ou 02 ans on nous impose de signer des contrats avec des société que eux même ont crée, (ou même ce n'est pas la peine de la signer ), ces sociétés sont "ainsi maroc", "casa technique", " g.m.c.e", "groupe m.c.e", "s.o.g.i.s.m.i", "a.n.a" ces société n'ont ni matériel ni capital ils n'ont que notre liste, quant à nous ce n'est que dernièrement que nous connaissons des détail de ces société comme leur adresses, ou leurs publicités sur nos vêtements avant on travaille avec le logo des autoroutes du maroc, sauf le salaire c'est les société qui nous le versent, on nous donne 21 ou 22 jours fois120dh soit 2520dhs comment ? car on nous volent chaque semaine 48 heures soit 08 jours par mois, 03 équipe de 08 heures, on plus de ça on a ni cnss ni indemnité de nuits ni de fêtes ou jours fériés, les société d’intérim eux perçoivent 7000 dhs par personnes faite bien le calcul, n'oublier pas que ces société sont rémunéré sur un travail qu'elle n'ont pas fait, C'EST L'ECONOMIE DE LA RENTE, en plus les autoroutes ne respectent pas la loi en appliquant l’intérim à un travail qu’est continu, et dans un secteur très sensible, c'est l'esclavagisme du 22 ème siècle, le discours est long ...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs