Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Australie : Début des tractations pour un gouvernement de coalition




Les travaillistes au pouvoir comme l'opposition conservatrice ont entamé lundi une chasse aux élus indépendants afin de tenter de former un gouvernement de coalition alors que pour la première fois en 70 ans aucun des deux camps n'a obtenu la majorité au Parlement.
Alors que selon les projections, les travaillistes du Premier ministre Julia Gillard et l'oppostion libérale/nationale de Tony Abbott devraient obtenir au final chacun 73 sièges, les quatre députés indépendants et Verts sont fortement courtisés, afin de permettre à l'un ou l'autre des camps d'obtenir la majorité des 76 sièges au Parlement.
Tour à tour, Mme Gillard comme M. Abbott sont venus à Canberra rencontrer les trois députés indépendants ainsi que les Verts qui ont par ailleurs renforcé leur présence au Sénat.
Selon Mme Gillard, qui a dilapidé l'avance des travaillistes dans les sondages il y a quelques semaines encore, le pays veut malgré tout un «gouvernement stable (...) cela signifie qu'une majorité d'Australiens souhaitent un gouvernement travailliste». Cette ancienne avocate de 48 ans, devenue Premier ministre en juin à la faveur d'une fronde au sein du parti travailliste contre son leader Kevin Rudd, semble avoir payé cette éviction musclée et mal comprise par les Australiens.
De son côté, M. Abbott, ancien ministre dans le dernier gouvernement conservateur battu en 2007, juge que le Premier ministre actuel a perdu sa légitimité.
Le résultat montre que les Australiens «veulent un changement de gouvernement», a déclaré dimanche cet ancien séminariste entré en politique après une carrière de journaliste.
Les trois députés indépendants, anciens membres du parti libéral de M. Abbott ont donc les cartes en main mais n'ont donné encore aucune indication sur leur préférence.
«Je n'ai pas à choisir entre une équipe rouge ou bleue, ou entre Julia et Tony», a expliqué Rob Oakeshott. «Ce que je dois faire, c'est trouver une façon de travailler ensemble afin d'aboutir à un Parlement dans lequel on ait confiance, doté d'une majorité claire».
Hier, après le décompte de 75% des suffrages, la commission électorale donnait 72 sièges aux travaillistes et 70 à la coalition libérale/nationale.
Le décompte des quelque 2 millions de votes par correspondance et par procuration pourrait prendre encore au moins dix jours, selon la commission.
Les analystes politiques estiment eux que la formation d'un gouvernement de coalition pourrait prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois.
Le Parlement élu doit se réunir 30 jours après la confirmation du nom des élus, cette confirmation par la commission électorale pouvant intervenir au plus tard le 27 octobre.
«Cela pourrait permettre au Premier ministre Julia Gillard de convoquer la chambre des représentants au plus tard le 26 novembre, ce qui donnerait ainsi jusqu'à trois mois pour trouver un accord avec les députés indépendants», a estimé Donald Rothwell, professeur de droit à l'Université d'Australie.
Mme Gillard pourrait ainsi assurer l'intérim jusqu'à cette date, a-t-il ajouté.

Reuters
Mardi 24 Août 2010

Lu 432 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs