Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Augmenter la productivité et renforcer l’intégration sociale




L’investissement dans les domaines de l’économie, du savoir et de la formation est essentiel pour augmenter la productivité et renforcer l’intégration sociale, a affirmé, récemment à Rabat, le ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki.
La lutte contre le chômage et les disparités entre les emplois décents et fragiles dépend de “l’amélioration de la productivité et de la formation d’une main-d’œuvre qualifiée à même de répondre aux besoins des secteurs porteurs de l’économie nationale”, a souligné le ministre à l’ouverture d’une conférence internationale sous le thème “Accompagnement des investisseurs et des employeurs dans leur besoin en recrutement”.
Il a expliqué que le chômage est un phénomène social complexe lié à divers facteurs socioéconomiques, notamment le taux de croissance, les disparités entre l’offre et la demande, ainsi que l’absence de mécanismes nécessaires pour étudier et identifier les besoins du marché du travail.
A cet égard, il a cité une série de mesures prises par le gouvernement en vue d’ouvrir de nouvelles perspectives de croissance intégrée pour la création de nouveaux emplois, à travers, notamment, la poursuite de la mise en œuvre des stratégies sectorielles et des programmes structurés, l’amélioration du cadre macro-économique et l’équilibre du budget public, le renforcement de la politique publique d’investissement, le climat des affaires et l’attractivité du Maroc pour les investisseurs étrangers.
Il a aussi évoqué le nouveau statut de l’auto-entrepreneur, la réforme des contrats spéciaux de formation, l’indemnité pour perte d’emploi, le lancement du programme de formation au profit de 25.000 licenciés
“L’année 2015 a été marquée par l’adoption de la Stratégie nationale de l’emploi à l’horizon 2025 qui vise la promotion des emplois productifs, la valorisation du capital humain, l’amélioration de la gouvernance du marché de l’emploi et le renforcement des politiques actives de recrutement et de médiation sur le marché du travail”, a-t-il indiqué.
De son côté, le ministre délégué auprès du ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Khalid Berjaoui, a insisté sur l’importance d’accompagner les investisseurs dans le domaine de la formation professionnelle sur la base de deux leviers complémentaires.
“Le premier porte sur le développement de la gestion déléguée de la formation, et ce travers la création par les professionnels d’instituts spécialisés, d’un côté, et le développement de centres de formation intra-entreprises, de l’autre”, a-t-il précisé.
Le second concerne “la réingénierie du dispositif de formation professionnelle pour assurer une meilleure adéquation de l’offre aux besoins en compétences des entreprises et améliorer le taux d’insertion des lauréats sur le marché du travail”, a-t-il ajouté.
Le directeur général de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), Anass Doukkali, a mis en avant les efforts de cet organisme pour accompagner les secteurs émergents, en particulier l’aéronautique, l’automobile, l’électronique et l’offshoring, à travers un dispositif d’appui adapté aux besoins des entreprises.
Il a expliqué que ce dispositif prévoit une contribution financière à la formation continue et à l’embauche au profit des salariés de ces secteurs.
A l’horizon 2020, et dans le cadre du Plan de développement “ANAPEC 2020”, l’Agence continuera à s’investir au côté des employeurs pour mieux définir leurs besoins en compétences et réussir leurs recrutements en temps opportun à travers le développement de nouvelles prestations et la mise à niveau de son offre de services par rapport aux standards internationaux et dans le cadre de sa politique qualité, a précisé M. Doukkali, également président de l’Association mondiale des services d’emploi publics (AMSEP).
Initiée par l’ANAPEC, en collaboration avec l’AMSEP, cette conférence de deux jours a connu la participation d’une trentaine de pays et d’institutions internationales. Elle ambitionnait d’offrir aux Services Publics d’Emploi (SPE) qui y participent un espace pour partager leurs expériences et identifier les bonnes pratiques à même d’apporter un meilleur accompagnement aux investisseurs et aux entreprises pour réussir leurs recrutements.

Vendredi 25 Mars 2016

Lu 980 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs