Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Augmentation des prix des carburants : Les trafiquants algériens, premiers bénéficiaires de la hausse




Augmentation des prix des carburants : Les trafiquants algériens, premiers bénéficiaires de la hausse
Les Algériens voient d’un mauvais œil les dernières augmentations des prix des carburants décidées samedi par le gouvernement Benkirane. Pour eux, la hausse annoncée risque d’accroître la contrebande  de carburant avec le Maroc.
Selon la presse algérienne, la mesure en question risque de compliquer davantage la situation tout le long de la frontière ouest où s’activent des centaines de jeunes qui acheminent du carburant algérien vers le Maroc à travers l’oued Ris.  Ce sont en fait des réseaux bien structurés et parfaitement organisés, allant de l’achat des carburants dans les stations-service par les «hallabas»  (litt. ceux qui traient les pompes), aux «haddayas» (les guetteurs) en passant par  les «chauves-souris» (les contrebandiers) et les conducteurs des «mouquatilate» (voitures béliers qui foncent vers les barrages des brigades mobiles et ne craignent pas les tirs de ces dernières). Le trafic rapporte en moyenne entre 299 et 345 DH par personne et par jour.
La même source indique que ce trafic s’est accru cette semaine, en rappelant que le jour même où le Maroc a décidé d’augmenter le prix des carburants à la pompe, la Gendarmerie algérienne a saisi pas moins de 1500 litres dont 700 d’essence et 800 de gasoil du côté de la frontière jouxtant Tindouf avec le Royaume. Durant les premiers quatre mois de l’année 2012, les mêmes services ont enregistré la saisie de plus de 20.000 litres de carburant et 2011, pas moins de 1.000 tentatives d'acheminement de carburant à partir de la wilaya de Tlemcen vers le Maroc ont été avortées et un million de litres de carburant ont été saisis.
Un rapport datant de l’année dernière et émanant de la Primature algérienne a fait savoir que la contrebande de carburant  fait perdre à l’économie de ce pays près de 42 millions de DH, soit entre 3.7 et 402 millions de DH par mois.
Pour Mohammed Benkaddour, président de l’Association de protection des consommateurs et de l’environnement de la région orientale-Oujda, les craintes algériennes sont fondées puisque le phénomène prend de l’ampleur et gagne chaque jour du terrain. Il commence même à s’étendre à d’autres régions limitrophes des frontières maroco-algériennes. «Aujourd’hui, l’ensemble des véhicules qui circulent dans la région de l’Oriental utilisent des carburants de contrebande avec des exceptions qui concernent les voitures neuves et celles qui sont la propriété des administrations de l’Etat», nous a-t-il précisé. Et dans la foulée, M. Benkaddour nous a révélé que ce phénomène a atteint Taza, Fès et même Casablanca.  Notre source estime que la propagation d’un tel phénomène est normale et résulte du faible prix du carburant algérien. «Vous avez le même carburant, avec la même qualité. Sauf que l’un est moitié moins cher que l’autre», a-t-elle constaté.
Pourtant, M. Benkaddour ne voit pas ce phénomène d’un bon œil. D’après lui, la contrebande permet de renforcer le pouvoir des lobbies et des barons de la contrebande au détriment de l’Etat de droit.  
Notre interlocuteur estime que cette situation a servi l’Exécutif en place  puisque le carburant de contrebande utilisé dans l’Oriental n’est pas acheté en devises et ne constitue pas une charge pour la Caisse de compensation.   

Hassan Bentaleb
Jeudi 7 Juin 2012

Lu 1261 fois


1.Posté par le marocain le 07/06/2012 13:42
Et,puis à quoi ça sert tous ces barrages de Gendarmerie/Police le long des routes?
Personnellement,je dirai que le Gouvernement doit employer la manière forte.Equiper la Gendarmerie de 2 héleco,pour intimider les trafiquants de sursoir à leur sale besogne.Actuellement la région est semée de pistes presque goudronnées.Les patrouilles le long des barrages ne sont pas à 'abri des attaques et agressions de la part de ces contrebandiers.Et le mal doit être guéri le long des frontières Algéro Marocaines afin de mettre un terme à ce trafic qui porte préjudice à l'économie nationale.
Sachez qu'un trafiquant de n'importe quelle marchandises ne peut passer si il n'a pas mouillé le ou les gardes frontières.Dans ce cas là puisque le pétrole et l'essence arrivent à Casablanca,donc nos frontières sont à proximité de Mohammadia?!
Dans la région de l'orientale,le Rif,on ne vit de ce que carburant les prix des voyages sont toujours chers(110 klm à 30 dhs par taxi,20 dh dans le car.Et les conducteurs ne sont pas heureux.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs