Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Augmentation des IDE émiratis

Baisse des IDE durant la dernière décade dans les secteurs de l’industrie et des télécommunications (14,2 et 16,8 %)




Augmentation des IDE émiratis
D’après le dernier tableau de bord des indicateurs macro-économiques que vient de rendre public la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Economie et des Finances, les investissements directs étrangers (IDE) au Maroc, qui représentaient  sur la période (2000-2004) 3,4 % du produit intérieur brut (PIB), sont passés à 4,2 % de moyenne  durant la période  2005-2012.
En ce qui concerne la répartition géographique des IDE,  ledit document rapporte que la France et l'Espagne ont été et restent toujours les premiers pays investisseurs au Maroc. Toutefois, les deux premiers partenaires économiques du Royaume ont vu leurs parts respectives baisser, passant de 51,5 % et 26,9 % entre 2000 et 2004, à 46,6 % et 10,9 % entre 2005 et 2011.
Entre-temps, d’autres pays ont augmenté leurs investissements au Maroc, tels que les Emirats Arabes Unis (8,9 %), l'Union économique belgo-luxembourgeoise (4,2 %), la Suisse (4,1 %), la Grande-Bretagne (4,1 %) et le Koweït (3,8 %).
 Sur le plan sectoriel, l'immobilier et le tourisme constituent  les secteurs les plus attractifs en termes d’IDE, se partageant ainsi les premiers rangs avec des parts respectives de 21,7 et 18,5 % sur la période 2005-2011.
Néanmoins, la DEPF tire la sonnette d’alarme en ce qui concerne les baisses des IDE qui ont été enregistrées dans les secteurs de l'industrie et des télécommunications, respectivement de 14,2 et 16,8 %.
Des facteurs, entre autres, qui ont poussé vers la détérioration du solde du compte courant  entre les périodes 2000-2004 et 2005-2012. Alors qu’il était positif au cours de la première période s’élevant, moyennement, à 2,4 % du PIB, il s’est détérioré en s’établissant  à  -4,3 %.
Une situation qui résulte essentiellement de la progression des exportations des biens, à un rythme moins élevé que celui des importations.

Libé
Mardi 7 Mai 2013

Lu 254 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs