Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Auditorium de l’Institut Cervantès de Rabat : Rencontre avec Mario Lourtau et Verónica Aranda




L’Institut Cervantès de Rabat organise, jeudi 3 juin, la présentation poétique des œuvres «Catálogo de deudores» et «Corte de luz», animée respectivement par Mario Lourtau et Verónica Aranda, à l’Auditorium de l’Institut Cervantès de Rabat, à partir de 19h.
Dans «Catálogo de deudores», l’auteur revoit d’une façon exhaustive les références les plus importantes de sa vie: les voyages de l’enfance, les ombres, la passion amoureuse, la quotidienneté, la découverte de la poésie, l’inquiétude des paysages de la mémoire.
«Cortes de luz» représente un regard sur ce pays étrange, mystérieux et polyédrique: l’Inde. Dans la grande métropole de Delhi et dans divers voyages à travers l’Inde, le Népal et Sri-Lanka. Il s’agit d’une poésie du pèlerinage, où chaque image fait partie d’une expérience et constitue une piste de réflexion permanente, d’observation et de sensations esthétiques.
Diplômé en philologie anglaise, Mario Lourtau est professeur d’anglais à l’École espagnole de Rabat. Il a obtenu plusieurs prix poétiques, notamment dans sa région. Jusqu’à présent, il avait publié «Donde gravita el hombre» (2008) et «Catálogo de deudores» (2009). Avec «Quince días de fuego», Lourtau a remporté l’accessit du Prix Adonáis 2009. L’œuvre, qui tourne autour du pouvoir destructeur, est pleine d’un magnifique sens du rythme. «Quince días de fuego» présente la réalité existentielle de l’homme à partir des grands thèmes de toujours: la vie, l’amour, la mort, la solitude, etc.
Diplômée en philologie hispanique de l’Université Complutense, Verónica Aranda a fait des études de doctorat à l’Université Jawaharlal Nehru de New Delhi, grâce à une bourse du gouvernement indien entre 2006 et 2008. Elle a reçu plusieurs prix de poésie ainsi que l’accessit du prix Adonáis 2009. Elle a publié «Poeta en India» (2005), «Tatuaje» (2005) et «Alfama» (2009). En 2010, elle publiera «Postal de olvido» (El Gaviero, Almería) et «Cortes de luz» (Rialp).

Libé
Mercredi 2 Juin 2010

Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs