Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au sixième jour du FIFM : Hommages et compétition se poursuivent à Marrakech




Au sixième jour du FIFM : Hommages et compétition se poursuivent à Marrakech
«The Attack» et «I.D.», deux films en compétition officielle et  l’hommage au producteur marocain Karim Abouobayd, domineront la sixième journée du douzième Festival international du film de Marrakech, qui se poursuit dans une ambiance à la fois festive et détendue pour de nombreux festivaliers.
Après les films «Fatal» de Lee Don-Ku et «Flower Buds» de Zdenek Jirasky présentés la veille, le jury se retrouvera à nouveau la matinée à la Salle des Ministres pour la projection de deux autres longs métrages en lice pour les étoiles du Festival: «The Attack» (1h39) et «I.D.» (1h30).
Le premier film est une réalisation de Ziad Doueiri avec Ali Suliman, Reymonde Amsellem, Evgenia Dodina, Uri Gavriel, entre autres.
«The Attack» relate l’histoire d’Amin Jaafari, un chirurgien d’origine palestinienne totalement intégré dans la société  israélienne de Tel Aviv et dont la vie vole en éclats du jour au lendemain.
En effet, alors que tout semble aller pour le mieux pour lui et sa femme Sihem, la police israélienne lui apprend que son épouse est impliquée dans l’attentat-suicide à la bombe dans lequel elle vient de succomber. «Convaincu de l’innocence de son épouse, Amin rejette en bloc ces accusations, mais sa certitude est ébranlée lorsqu’il reçoit la lettre posthume écrite par Sihem».
Signé du réalisateur Kamal K.M, avec Geetanjali Thapa, Murari Kumar, Rukshana Tabassum, Shinjini Raval et Sharma, le second film raconte l’histoire de Charu et ses amies avec lesquelles elle partage un appartement dans l’une des tours de Mumbai. «Elles sont venues des quatre coins du pays pour vivre dans la métropole. Un jour, un ouvrier se présente chez Charu pour repeindre l’appartement. Agacée de ne pas avoir été prévenue par ses colocataires, elle presse le peintre d’en finir rapidement mais le retrouve quelques minutes plus tard allongé sur le sol, inconscient», suggère le synopsis. Prise de panique, «mais animée par la volonté de bien faire, elle part sillonner la ville de long en large à la recherche de la moindre information sur l’identité de cet homme».
Dans la soirée, le Festival rendra hommage à Karim Abouobayd, considéré comme l’un des producteurs marocains les plus talentueux et les plus expérimentés de l’industrie cinématographique marocaine, en présence de nombreuses personnalités du monde du cinéma, des lettres et des arts.
Producteur de renommée internationale, Karim  Abouobayd a longtemps travaillé dans les différents départements de production avant de devenir ce qu’il est aujourd’hui : un partenaire incontournable de nombreuses productions hollywoodiennes.
 Après avoir acquis une riche expérience, il crée avec ses deux associés Ahmed Abounouom et Abdelhafid Balfrej, la société de production et de services audiovisuels  Dune Films. On est en 1998. Une initiative qui va s’avérer payante puisqu’il devient en quelques années seulement leader du marché anglophone au Maroc, dans le cinéma et la télévision.

Alain BOUITHY
Mercredi 5 Décembre 2012

Lu 440 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs