Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au siège central de l'USFP, un staff entièrement mobilisé pour la campagne électorale : Impression de 25 millions d'outils de campagne et lancement d'une web TV ittihadie




Au siège central de l'USFP, un staff entièrement mobilisé pour la campagne électorale : Impression de 25 millions d'outils de campagne et lancement d'une web TV ittihadie
Impression de 25 millions d'outils de campagne dont 14 millions de papillons,  lancement d'une web TV, installation d'un studio flambant neuf, conception intra muros des spots électoraux : le staff « élections » de l'Union socialiste des forces populaires est sur tous les fronts. Mobilisé au siège de cette formation politique, il assure l'organisation et le suivi d'une campagne électorale qui a eu du mal à démarrer. « Nous avons surtout de très longues journées de travail qui commencent très tôt le matin et se terminent très tard la nuit ! », s'exclame l'Usfpéiste Omar Abbadi.
Au siège de cette formation politique en campagne sur le thème de « L'édification d'un Maroc de la citoyenneté », des cellules de travail ont été installées sur deux étages. Une vingtaine de militants et militantes s'affairent, répondent au téléphone, s'occupent du courrier et de l'envoi des outils de campagne, veillent à la programmation des meetings et des passages à la télévision et la radio de l'USFP. « Le parti grouille, et c'est vraiment une ambiance de campagne électorale ici. En plus, les troupes sont confiantes, les militants ont le moral gonflé à bloc et veulent y croire », soutient cet Ittihadi mobilisé depuis les premières heures de la campagne.
La Commission nationale des élections a pris ses quartiers au premier étage du siège de l'Union socialiste des forces populaires. Un pôle juridique en forme l'ossature. « Nous procédons au suivi des plaintes des candidats qui nous contactent dès qu'ils constatent une violation, un dépassement, une fraude chez les adversaires. Nous saisissons alors le  ministre de l'Intérieur ou celui de la Justice à travers un courrier officiel », explique Omar Abbadi. Dès les premiers jours, les plaintes des candidats ont afflué, dénonçant des violations presque « ordinaires » en temps de campagne : des affiches collées hors de l'emplacement prévu par la loi, des banderoles accrochées dans les espaces publics et non sur le fronton du siège du parti comme le stipule le législateur, la façade d'une maison de candidat peinte aux couleurs de son  parti, la publication, à l'improviste,  d'un journal à la gloire d'une formation politique en campagne et surtout sans le respect de la procédure en vigueur… « Nous gérons tout cela. La vigilance est de mise. Il ne faut rien laisser passer. Parfois, les candidats font preuve d'une imagination insoupçonnée pour violer les dispositions de la loi électorale », affirme ce militant «réquisitionné » par le pôle juridique de la Commission nationale des élections.
Cette instance ad hoc est également responsable du suivi des listes locales et nationales. Le parti aux destinées duquel préside Abdelouahed Radi a couvert l'ensemble des 92 circonscriptions locales. Du côté des listes nationales, on peut mentionner notamment l'avocate et activiste des droits des femmes Aïcha Lakhmas pour la liste des femmes et l'universitaire et ancien patron de la jeunesse ittihadie, Hassan Tariq pour la liste des jeunes.

Des spots faits « maison » et un training en studio pour les Ittihadis
 « Une cellule information  a été mise en place pour l'élaboration du programme des meetings populaires de l'USFP. Ils sont systématiquement présidés par deux responsables national et local et notre candidat. Ces rencontres publiques sont organisées à travers tout le Maroc. Nous veillons au fait que ces responsables qu'ils soient nationaux ou locaux se rendent un peu partout à travers le pays », déclare O. Abbadi. Cette semaine, pas moins de 15 meetings sont au programme dans différentes régions, de Tétouan, à Oujda en passant par Kelaat Sraghna, Souk Al Arbaa, etc.
Au troisième étage du siège r'bati de l'Union socialiste des forces populaires, les membres de la cellule information et communication n'en finissent  pas de s'activer. En plus de la mise à jour du programme dédié aux meetings, le staff en charge de la   communication  a de l'ouvrage sur le métier. Une revue de presse consacrée aux élections et à la campagne électorale de tous les partis en lice est effectuée au quotidien pour être envoyée à l'ensemble des têtes de listes usfpéistes. «Nos candidats n'ont pas le temps de lire toute la presse. Cette revue de presse leur permet d'être informés sur ce qui se passe chez les autres », indique ce membre du pôle  communication.
Dans le studio ultra-moderne installé au siège du parti de la Rose, le montage du troisième spot électoral de l'Union socialiste des forces populaires a été achevé dans la nuit de samedi à dimanche. Il doit être diffusé ce lundi 21 novembre à 12h sur 2M.  « Nous avons dû finir aux environs de 4 heures du matin », confie Omar Abbadi, qui avoue ne pas beaucoup dormir en ces temps de campagne. Tous les spots électoraux de l'USFP sont faits « maison ». Ils ont été entièrement imaginés,  conçus, filmés et montés ici, en studio. Les Usfpéistes ont même installé une web TV, « très dynamique », font savoir les socialistes marocains. Tous les jours, les débats et autres spots des Ittihadis en campagne sont mis en ligne sur Youtube sous forme d'émissions. Saloua Karkri, députée sortante, a traité la réforme fiscale selon l'USFP, le ministre Jamal Rhmani a parlé de l'Assurance maladie obligatoire, Rachida Benmessaoud, candidate sur la liste nationale,  a vanté les bienfaits de la parité. « Nous sommes partout sur le Net aussi, de Facebook à Twitter », annonce fièrement cet Usfpéiste.
Au studio, c'est parfois l'embouteillage. Entre l'enregistrement des émissions ou spots et le training de ceux et celles sélectionnés pour un passage à la télévision, il faut gérer le temps et l'espace. « Nous tenons absolument au fait que les Usfpéistes qui vont passer à la télé s'entraînent. Il y a tout un apprentissage pour le passage à la télévision et nous y faisons très attention », soutient O. Abbadi. Récapitulation des messages à transmettre, répétition « dans les conditions du direct », le militant usfpéiste se voit offrir toutes les conditions d'un bon passage à la télé.
Ce dimanche 20 novembre, le siège central est loin de désemplir. Mille choses à faire, autant de problèmes à régler. Entre deux téléphones, Omar Abbadi a à peine le temps de souffler. « La campagne électorale vient à peine de commencer. Ça démarre enfin. La dernière ligne droite n'a jamais été facile ». Autant dire des nuits blanches en perspective en attendant la longue nuit des résultats du 25 novembre.

Reportage réalisé par Narjis Rerhaye
Lundi 21 Novembre 2011

Lu 999 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs