Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au moins douze morts dans un attentat au Pakistan




Au moins 12 personnes ont péri et 30 ont été blessées dimanche dans un attentat à la bombe dans un bazar bondé d'une zone chiite du nord-ouest du Pakistan, ont annoncé des responsables locaux. L'explosion est survenue sur le marché Eidgah de Parachinar, une ville peuplée par la minorité chiite et située dans la zone tribale semi-autonome de Kurram.
"Au moins dix personnes sont mortes et plus de 30 ont été blessées", a déclaré sous couvert de l'anonymat un haut responsable de la police.
"Une équipe de démineurs est sur place et nous tentons de vérifier la nature de l'explosion."
Amjad Ali Khan, responsable du district de Kurram, a fait état du même bilan.
Un médecin du principal hôpital du district, où les blessés étaient évacués, a précisé que beaucoup d'entre eux se trouvaient dans un "état critique", et redouté que le bilan des morts ne s'aggrave.
L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat, mais cette zone est connue pour des affrontements confessionnels entre sunnites et chiites. La minorité chiite représente environ 20% de la population pakistanaise. Les zones tribales semi-autonomes du nord-ouest du Pakistan sont un repaire pour les talibans, afghans et pakistanais, et d'autres groupes liés à Al-Qaïda.
La ville de Parachinar, située à un jet de pierre de la frontière afghane, a été le théâtre de nombreux attentats sanglants au cours des dernières années, car peuplée notamment d'une importante communauté chiite.
Les chiites sont la cible croissante d'attentats par des groupes extrémistes qui les accusent de corrompre l'islam et d'être les agents de l'Iran, première puissance chiite au monde.
Signe de la volonté grandissante d'Islamabad de neutraliser les groupes rebelles violents sur son sol, le chef du plus violent groupe armé antichiites du Pakistan et 13 de ses proches ont été tués en juillet dans une opération policière.
Malik Ishaq, environ 55 ans, était l'influent leader du Lashkar-e-Jhangvi (LeJ), faction sunnite extrémiste proche d'Al-Qaïda et accusée d'innombrables attaques, en partie revendiquées, contre la minorité chiite.

Libé
Lundi 14 Décembre 2015

Lu 192 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs