Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au moins 10.000 Rohingyas de Birmanie passés au Bangladesh depuis le mois dernier

La chef de la diplomatie birmane Aung San Suu Kyi a annulé une visite en Indonésie




Au moins 10.000 Rohingyas de Birmanie passés au Bangladesh depuis le mois dernier
Une dizaine de milliers de musulmans rohingyas fuyant les violences dans l'ouest de la Birmanie sont entrés au Bangladesh depuis le mois dernier, a indiqué mercredi une responsable de l'ONU.
"D'après les remontées de différentes agences humanitaires, nous estimons le nombre d'arrivées (de Rohingyas au Bangladesh) à 10.000 ces dernières semaines. Mais la situation évolue rapidement et le nombre réel pourrait être bien plus élevé", a déclaré Vivian Tan, porte-parole régionale du Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) dans un email à l'AFP.
D'après les Nations unies, 30.000 personnes ont été déplacées par les violences dans l'Etat birman de Rakhine qui ont fait des dizaines de morts depuis le début de l'opération de l'armée birmane à la suite d'attaques de postes de police début octobre.
Le HCR a appelé le Bangladesh à offrir un "refuge sûr" aux Rohingyas, alors que l'accès humanitaire aux réfugiés nouvellement arrivés reste difficile.
Ignorant les pressions de la communauté internationale l'exhortant à ouvrir sa frontière pour éviter une crise humanitaire, le Bangladesh a enjoint la Birmanie de prendre des "mesures urgentes" pour stopper l'arrivée des Rohingyas sur son territoire.
La minorité musulmane des Rohingyas est perçue comme étrangère en Birmanie, bien que certains de ses membres y vivent depuis des générations.
Leur citoyenneté n'est pas reconnue par cette société à 95% bouddhiste. Ils vivent marginalisés, dans des conditions misérables.
Une montée de nationalisme bouddhiste en Birmanie ces dernières années a attisé l'hostilité à leur encontre.
En Etat Rakhine, des milliers de Rohingyas vivent dans des camps depuis des violences intercommunautaires en 2012 entre bouddhistes et musulmans, qui avaient fait près de 200 morts.
Par ailleurs, la chef de la diplomatie birmane Aung San Suu Kyi a annulé lundi une visite en Indonésie, où a été déjoué un attentat contre l'ambassade de Birmanie à Jakarta, dans un contexte de colère autour du sort de la minorité musulmane des Rohingyas de Birmanie.
"Nous avons repoussé le voyage en Indonésie en raison des problèmes dans l'Etat Rakhine mais aussi dans le nord de l'Etat Shan", théâtre d'un autre conflit ethnique, a déclaré à l'AFP Aye Aye, vice-ministre des Affaires étrangères.
Ce voyage "sera reprogrammé sous peu", a-t-elle ajouté, démentant que cette annulation soit due à des raisons de sécurité. Aung San Suu Kyi ne devait se rendre ainsi qu'à Singapour mercredi, sans pousser jusqu'en Indonésie.
La police indonésienne a en effet annoncé la semaine dernière l'arrestation de trois suspects liés au groupe Etat islamique (EI) qui planifiaient un attentat contre l'ambassade de Birmanie à Jakarta.
Les suspects, tous membres d'une cellule indonésienne affiliée à l'EI, avaient amassé assez d'explosifs pour fabriquer des bombes plus puissantes que celles ayant servi à commettre les attentats de Bali en 2002, dans lesquels 202 personnes avaient été tuées, d'après la police.
Viols en réunion, tortures, meurtres et massacres: les Rohingyas qui ont franchi la frontière du Bangladesh ces derniers jours ont raconté les violences que leur font subir les soldats birmans dans l'ouest du pays.
Mais dans les camps où ils sont plus de 120.000 à s'entasser depuis 2012, les Rohingyas, sans citoyenneté, n'ont accès ni à la santé ni à l'éducation.
"Le gouvernement a largement échoué à agir selon les recommandations des Nations unies (...) dans un rapport qui évoquait la possibilité de qualifier les violences faites à l'encontre des Rohingyas de crime contre l'humanité", a affirmé mardi le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (HCDH) dans un communiqué.

Jeudi 1 Décembre 2016

Lu 442 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs