Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au ministère de la Justice, les ponctions se font à la tête du client

Le SDJ-FDT n’a pas l’heur de plaire à Ramid




Au ministère de la Justice, les ponctions se font à la tête du client
Un scandale de taille vient de secouer le département de la Justice et des Libertés et de mettre en évidence le sectarisme  de Mustapha Ramid. Des sources bien informées ont révélé à «Libé» que les dernières ponctions sur les salaires des fonctionnaires grévistes ont frappé de plein fouet les seuls  militants du Syndicat démocratique de la justice (SNJ-FDT), tout en épargnant ceux de la Fédération des fonctionnaires du secteur de la Justice affiliée à l’UNTM, syndicat adossé au parti de ce ministre pjdiste.
Selon ces sources, le syndicat du PJD a effectué au moins 30 grèves régionales au cours de cette année, mais à la surprise générale, les fonctionnaires qui y sont affiliés ayant observé la grève n’ont pas été soumis à la même décision prise par le ministre de la Justice contre le SNJ.  Et d’après les mêmes sources, une enquête en interne aurait été diligentée pour déterminer les raisons qui expliquent ce paradoxe, même si elles croient que la responsabilité politique incombe essentiellement à Mustapha Ramid.
Cela trouve son fondement dans le fait qu’il est taraudé depuis sa nomination à la tête de ce département, par une seule obsession, celle d’affaiblir le syndicat majoritaire dans le secteur, à savoir le SDJ et, par ricochet,  renforcer le poids du syndicat de son parti.
Le ministre a d’ailleurs voulu l’imposer comme interlocuteur et lui conférer  un poids égal à celui du SDJ, même si ce dernier est le syndicat majoritaire du secteur avec plus de 70% des commissions paritaires régionales et 100% des commissions paritaires centrales. Le ministre de la Justice et des Libertés préfère néanmoins négocier avec le syndicat minoritaire  adossé à son propre parti politique. En outre, il a favorisé la création d’une Amicale des fonctionnaires du secteur de la justice dépendant du syndicat de son parti pour concurrencer l’Amicale des fonctionnaires de la justice. Mustapha Ramid a, par ailleurs, manœuvré pour que l’Amicale de son parti prenne part à la Commission des mutations. «Le fait d’appliquer une mesure à l’encontre des grévistes du SDJ et non aux militants du syndicat affilié au PJD, s’inscrit dans la même ligne tracée par Ramid depuis qu’il préside aux destinées de ce département et visant à affaiblir le SDJ», concluent les sources de Libé.  A rappeler que la question des ponctions sur les salaires des grévistes figure parmi les dossiers brûlants sur lesquels se pencheront le SDJ et le ministère de la Justice et des Libertés lors de leurs prochaines tractations. Les responsables du syndicat exigent que le ministre revienne  sur ces décisions jugées arbitraires.

Morad Tabet
Lundi 4 Novembre 2013

Lu 641 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs