Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au large des côtes libyennes, un bateau de migrants chavire à l'arrivée des secours


Avec ce drame, plusieurs centaines de disparus viennent s'ajouter à la liste des 2.000 clandestins et réfugiés morts cette année en mer Méditerranée



Un bateau de pêche chargé de plusieurs centaines de migrants a chaviré mercredi au large de la Libye, et seulement une centaine de survivants ont pu être récupérés dans l'immédiat, a-t-on appris auprès des gardes-côtes italiens.
Le bateau de pêche surchargé avait appelé à l'aide les gardes-côtes de Catane (Sicile), qui ont répercuté l'appel à leur centre de Rome, qui coordonne les secours de tous les bateaux de migrants au sud de l'Italie.
Deux bateaux patrouillant dans la zone, à environ 15 milles des côtes libyennes, ont immédiatement été envoyés sur place, le "Dignity 1", affrété par Médecins Sans Frontières, et le "Lé Niamh" de la marine irlandaise.
Arrivé en premier, le navire irlandais a mis à l'eau deux canots pour s'approcher du bateau surchargé, qui s'est alors retourné. Ces bateaux sont en général si surchargés qu'il suffit qu'un certain nombre de passagers se lèvent en même temps pour qu'ils chavirent, a expliqué un porte-parole des gardes-côtes.
Lancées immédiatement, les opérations de secours ont permis de repêcher plus d'une centaine de survivants, alors que quatre bateaux de secours supplémentaires ont été envoyés sur place.
Dans la matinée, Nawal Soufi, une militante italienne par qui passent de nombreux appels de Syriens en détresse en mer, avait annoncé avoir reçu l'appel à l'aide d'un bateau avec environ 600 personnes à bord. Selon les gardes-côtes, il s'agit "probablement" du même bateau.
Le cap des 2.000 migrants et réfugiés morts cette année en mer Méditerranée en tentant de gagner l'Europe par la mer a été franchi ce week-end, un bilan humain tragique supérieur à celui de la même période de l'année 2014 où 1.607 migrants avaient péri dans leur traversée hasardeuse de la Méditerranée, 3.279 sur l'année entière.
L'OIM indique également que quelque 188.000 migrants sont arrivés depuis janvier en Europe, principalement en Grèce et en Italie, via la Méditerranée et elle s'attend à ce que le chiffre symbolique des 200.000 personnes soit "très rapidement atteint".
Approximativement 90.500 migrants et réfugiés sont arrivés en Grèce et 97.000 en Italie, mais les décès sont essentiellement enregistrés dans les tentatives de traversée depuis l'Afrique du Nord vers l'Italie. Il y a eu 1.930 décès sur cette route contre une soixantaine sur la route de la Grèce, généralement depuis la Turquie. Ce bilan est plus modeste car la traversée est beaucoup plus courte entre les côtes turques et les îles grecques.
Dix-neuf décès dans le canal de Sicile la semaine dernière sont venus s'ajouter à ce bilan, précise l'OIM. Dans un des cas, 14 corps ramenés dans le port sicilien de Messine, les migrants sont morts d'épuisement et de soif après que l'eau potable a été utilisée pour refroidir le moteur du bateau, selon les témoignages recueillis par l'OIM. 
Pour beaucoup de ces migrants, la Grande-Bretagne reste l'objectif final de leur marche vers l'Europe du nord et Calais, dans le nord de la France, reste un point de passage malgré le dispositif policier mis en place par la France en coordination avec les Britanniques.
Quelque 600 tentatives d'intrusion de migrants, selon la police, ont été déjouées dans la nuit de lundi à mardi aux abords du tunnel sous la Manche, près de Calais, qui faisait par ailleurs l'objet d'une "inspection" provoquant des retards de trafic. Ce chiffre est cependant en forte baisse comparé aux 1.700 tentatives de candidats à l'immigration en Angleterre enregistrées la nuit précédente.
Selon l'OIM, de 3.000 à 5.000 migrants campent à Calais dans l'attente d'un hypothétique moyen de traverser la Manche. Dix sont morts dans leurs tentatives depuis le 1er juin. 
L'OIM appelle à des solutions à long terme, avec des protections internationales pour ceux qui arrivent en Europe en soulignant également que les projets de renforcer les barrières autour du port et du tunnel "seront inefficaces pour contrôler les migrations irrégulières mais également dangereux pour les migrants, et augmenteront les demandes pour les passeurs".

Libé
Jeudi 6 Août 2015

Lu 424 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs