Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au coin de l’absurde : Mon «p’tit coin» de paradis




Au coin de l’absurde : Mon «p’tit coin»  de paradis
L’estivant est la personne qui trompe ses moments libres d’été dans un lieu donné de villégiature, campagne, montagne, bord de mer, etc.  Par ces temps de canicule, ici-bled, c’est, bien sûr, ce dernier endroit qui est le plus prisé. Aussi, nul étonnement à ce que nos côtes océanes et méditerranéennes regorgent de vacanciers à la recherche d’une éventuelle fraicheur maritime. 
Notre tournée estivale des plages, à pavillon ou pas, vous vous en doutez et c’est du reste la raison d’être de cette chronique, n’en aura ni l’éclat ni le parfum de brise désirés. Que ceux, qui en vont être saisis par les relents infects nous le pardonnent, il s’agit des toilettes publiques dont nos sables dorés n’en abondent, malheureusement guère.
Comme aurait dit en son temps, Bziz au touriste demandant à se soulager c’est « là-bas, là-bas, là-bas… » et, le plus grand des là-bas sur nos plages, c’est un peu les dunes et beaucoup la mer. Imaginez, un peu, le nombre de visiteurs que l’on chiffrerait à plusieurs dizaines de milliers qui, depuis l’aube jusqu’à l’aurore, un dimanche d’août, utiliseraient le plus grand des là-bas du monde, aux Sablettes d’exemple. Et encore, ici on n’a visé que le p’tit besoin naturel, le retour des mauvaises odeurs quand elles flottent n’est vraiment pas pris en considération. 
Dans certaines villes ou villages quand l’effort est opéré et que ces espaces publics existent, ils le sont, échantillonnés et tout à côté de leur cuvette qui, de surcroît, est payante. Souvent, turcs ils sont associés à des douches et rarement raccordés aux eaux usées. 
L’absence de toilettes sur les plages occasionne d’autres désagréments qui touchent en général les riverains et plus particulièrement ceux qui y commercent comme les cafetiers qui refusent l’accès aux toilettes quand on n’est pas client. 
On vous dit pas! Même l’environnement, s’en ressent, désormais instead «Akram dégage!», c’est «mamnou3 l’boul  oua choukran» qu’on peut lire . 
Proposition du jour : Que les communards avec tout l’argent amassé de cette manne vacancière tout l’été n’en dansent pas maintenant!
 

Mohamed Jaouad Kanabi
Mercredi 28 Août 2013

Lu 926 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs