Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au coin de l’absurde : Espace public quand tu m’appartiens !




Au coin de l’absurde : Espace public quand tu m’appartiens !
Si la procédure d’expropriation permet à une autorité de s’arroger des biens privés à des fins d’utilité publique, l’inverse en revanche n’a jamais été couché en lignes dans les textes du législateur, loin de là, cette idée. Pourtant l’occupation temporaire et même plus, de l’espace public par quelques braves gens qui n’aiment pas que l’on suive le même chemin qu’eux, est un usage tout à fait établi dans nos rues et ruelles. Et vas-y, que ceux qui regardent le reste du monde avec mépris, se constituent contre toute institution légale, en syndic ou en association pour s’octroyer et stationnement et trottoir quand ce n’est la totalité de la rue qui est investie.
A Mohammadia, au centre-ville, au vu et au su de tous, élus et autorités, depuis belle lurette on a interdit à coups de panneaux et de pneus usagés passés à la peinture, le stationnement à quiconque n’habiterait pas une rue très fréquentée de par son caractère marchand et dont le passage a déjà été limité de dos-d’âne illégaux. Et gare aux véhicules de ceux qui oseraient en braver l’ordre établi. Cela va de la simple égratignure de la tôle, au rétroviseur arraché jusqu’au séjour à la fourrière pour stationnement interdit.
Le pire c’est que cette ruelle à l’instar de sa parallèle (Bagdad), regorge de petits commerces. Coiffeurs, mécaniciens (tôliers, pneumatiques, électriciens…) forgerons, loueurs d’ustensiles de cuisine pour festivités et tiens même ! une école, ont pavillon sur rue sans pour cela qu’ils puissent jouir de la meilleure façon de leurs activités. Il n’est point une journée de labeur sans que nos commerçants ne soient tancés pour une raison ou une autre par les faiseurs d’ordre de ladite ruelle.
En quelques pays moins beaux que le nôtre, les stationnements réservée aux riverains le sont sur une voie privée, à certaines heures (de nuit en général) et seulement quand le cadre s’y prête.
Régir les stationnements en ville est excellent mais l’octroyer de facto à une population au détriment d’une autre, tient tout simplement du tendancieux. Imaginons un instant que tous les habitants de la ville fassent la même demande, que seraient les rues à Mohammadia si ce n’est un capharnaüm encore plus joyeux que celui qu’il est actuellement.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mercredi 21 Août 2013

Lu 722 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs