Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Royaume-Uni quand le camp du Brexit pavoise, les marchés dépriment

Le ralliement du tabloïd Sun aux partisans du ‘’Leave’ ’constitue un coup dur pour les pro-européens




Au Royaume-Uni quand le camp du Brexit pavoise, les marchés dépriment
Le baromètre est au beau fixe pour les partisans du Brexit qui, en plus d'être en tête dans les sondages, ont engrangé le soutien du Sun, le quotidien le plus vendu au Royaume-Uni, entraînant une nouvelle chute des Bourses mondiales mardi.
Face à la perspective d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, l'inquiétude continue à gagner les marchés financiers à neuf jours du référendum britannique.
La Bourse de Londres a terminé en chute de 2%, celle de Paris a signé sa cinquième séance consécutive de baisse mardi (-2,29%). Wall Street a terminé en légère baisse de 0,33%.
La livre sterling était particulièrement sous pression sur les marchés des changes. Les derniers sondages pèsent "encore plus lourdement", commentait dans une note Simon Smith, analyste chez FXPro.
Le camp du maintien dans l'UE, mené par le Premier ministre conservateur David Cameron, doit composer depuis quelques jours avec une succession de sondages donnant le Brexit en tête.
Mardi encore, les troupes du "Leave" comptaient six points d'avance (53%) dans les intentions de vote, selon une enquête d'opinion ICM publiée par le Guardian, et sept dans un sondage YouGov pour le Times.
Résultat : un vent de "panique" souffle désormais sur le camp du maintien, ont expliqué au Times et au Guardian des sources au sein de la campagne en faveur de l'UE, même si le porte-parole de "Britain Stronger in Europe" cherche à relativiser.
"Je ne prêterais pas trop attention aux sondages, ils montent, ils baissent et on sait qu'ils avaient tout faux l'année dernière" pour les législatives, a assuré James McGrory à l'AFP.
Même s'il n'a rien d'une surprise, le ralliement du Sun au camp du Brexit n'en constitue pas moins un nouveau coup dur pour les pro-européens.
"BeLEAVE in Britain", pouvait-on lire en toutes lettres en une du tabloïd aux 4,5 millions de lecteurs. Un jeu de mots qui phonétiquement signifie "croire en la Grande-Bretagne" tout en comprenant le terme "sortie (de l'UE)".
Entravé par "l'expansion sans relâche de l'Etat fédéral allemand", l'avenir du Royaume-Uni serait "bien plus sombre" au sein du bloc des 28, a poursuivi le journal, propriété du magnat australo-américain Rupert Murdoch. Pour tenter d'inverser la tendance, les partisans du statu quo ont déclenché une nouvelle offensive mardi avec un rassemblement au siège de la grande confédération syndicale, le Trade Union Congress (TUC).
Le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn y a défendu "le travail des syndicats en Europe pour offrir de meilleures conditions de travail, des vacances plus longues, des congés de maternité et de paternité et moins de discriminations".
Dans un communiqué commun, de hauts responsables travaillistes ont mis en garde contre les conséquences d'une éventuelle sortie de l'UE, qui pourrait coûter selon eux 525.000 emplois dans le secteur public.
Le ministre des Finances George Osborne a de son côté affirmé mercredi qu'une sortie de l'UE pourrait déclencher la mise en place d'un "budget d'urgence" qui entraînerait hausse d'impôts et réduction des dépenses.
 

Jeudi 16 Juin 2016

Lu 533 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs