Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Parlement, le règlement intérieur est dans l’impasse totale

Aujourd’hui, Benkirane parlera à sa majorité et aux bancs vides de l’opposition




Au Parlement, le règlement intérieur est dans l’impasse totale
Dans l’impasse. Après des réunions marathon dont celle tenue mercredi sous la présidence de Karim Ghellab, le projet de règlement intérieur de la Chambre des représentants est dans l’impasse totale. 10 points sont l’objet de profondes divergences entre opposition et majorité au pouvoir. Les modalités d’organisation de la  séance mensuelle d’interpellation du chef du gouvernement est au centre des principaux griefs des groupes parlementaires de l’opposition. « Une question éminemment politique liée de manière forte à l’interprétation saine et juste de la Constitution. La répartition équitable du temps de parole entre majorité et opposition est certes un détail mais un détail révélateur de l’état d’esprit du parti majoritaire qui veut exclure toute forme de débat au sein du Parlement pour s’offrir une tribune de propagande à partir de laquelle M. Benkirane règle ses comptes, fait passer ses messages et se comporte en leader du PJD et non pas en chef du gouvernement. Quand nous parlons du timing, ce ne sont pas des petits comptes d’épicier. La nouvelle Constitution a accordé un statut à l’opposition parlementaire qui représente désormais un réel contre-pouvoir sous la Coupole. Nous refusons catégoriquement que le chef du gouvernement et sa majorité la musèlent, nous musèlent », soutient Ahmed Zaïdi, le président du Groupe parlementaire de l’USFP à la Chambre basse.
Mercredi, à la réunion des présidents de groupes parlementaires, les représentants de la majorité, menée par celui qui préside aux destinées des députés islamistes, n’ont rien voulu lâcher, s’accrochant bec et ongles au 2/3 du temps de parole, en plus des 10 minutes gracieusement offertes au chef du gouvernement, contre 1/3 pour les troupes de l’opposition. « Tout cela n’a rien à voir avec le dialogue parlementaire alors que nous ne pouvons même pas poser nos questions. Nous ne pouvons cautionner une séance parlementaire d’interpellation du patron de l’Exécutif qui bafoue l’esprit même de la Constitution et ce à travers le phagocytage de l’opposition. Notre décision de boycott de la séance d’aujourd’hui a été prise pour marquer notre ras-le-bol face à une majorité qui s’est délectée du retard enregistré pour l’adoption du nouveau règlement intérieur qui devrait entre autres organiser la séance mensuelle du chef du gouvernement », s’indigne A. Zaidi.
Résultat, ce sont les quatre groupes parlementaires de l’opposition, USFP, RNI, PAM et UC, qui vont boycotter le grand oral de Benkirane, aujourd’hui. Une réunion du groupe parlementaire socialiste devait avoir lieu hier jeudi. Selon nos informations, le président du Groupe parlementaire socialiste devrait prendre la parole, vendredi en début de séance, pour expliquer à l’opinion publique les raisons du boycott de l’opposition parlementaire avant que les quatre présidents de groupes ne quittent l’Hémicycle.
Aujourd’hui, le chef du gouvernement s’adressera donc à lui-même et à sa majorité sur la thématique des coupes budgétaires de 15 milliards et leurs répercussions sur le monde rural. « Du réchauffé, puisque le sujet a été débattu longuement en commission des finances. Alors que la raison dicte à M. Benkirane de s’expliquer sur la crise que vit sa majorité depuis le retrait de l’Istiqlal », soupire ce député de l’opposition.  Une séance mensuelle d’interpellation qualifiée d’absurdité politique par le Bureau politique du parti de la Rose en attendant la séance annuelle du chef du gouvernement que prévoit l’article 101 de la Constitution, un exercice démocratique et d’explication  sous forme de bilan d’étape auquel  Abdelilah Benkirane n’est pas près de se soumettre. Une telle séance n’a jamais été tenue depuis l’investiture du gouvernement il y a un an et demi.

Narjis Rerhaye
Vendredi 31 Mai 2013

Lu 522 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs