Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au G20, l'Occident harcèle la Russie sur la crise ukrainienne


Poutine quitte
Brisbane avant la fin officielle du sommet



Au G20, l'Occident harcèle la Russie sur la crise ukrainienne
Les puissances occidentales ont harcelé Vladimir Poutine pendant le G20 de Brisbane sur la crise ukrainienne, voulant lui signifier qu'ils n'entendaient rien lâcher, et éclipsant du coup les questions économiques.
 "Je pense que ce qui a été bon durant ce G20, c'est qu'un message très clair ait été transmis par les pays de l'Union européenne et par l'Amérique à la Russie", a commenté à l'issue des deux jours de sommet le Premier ministre britannique David Cameron. De fait, dès vendredi, avant même l'arrivée de M. Poutine dans la paisible ville de l'est australien transformée en camp retranché, les leaders anglo-saxons lui avaient préparé un accueil saignant, l'accusant d'être un agresseur de l'Ukraine ou encore de vouloir restaurer la "gloire perdue du tsarisme", selon la formule du Premier ministre australien Tony Abbott.  Et cela a continué samedi et dimanche pendant le sommet, parfois même de manière très directe, comme par exemple lorsque le canadien Stephen Harper a lancé à M. Poutine: "J'imagine que je vais vous serrer la main, mais je n'ai qu'une seule chose à vous dire: vous devez sortir d'Ukraine", selon un porte-parole canadien.
 Ce à quoi M. Poutine a répliqué: "C'est impossible puisque les Russes n'y sont pas", selon un porte-parole russe.
L'Otan a confirmé cette semaine les affirmations de Kiev accusant la Russie d'avoir déployé des troupes et des équipements militaires russes dans l'est de l'Ukraine contrôlé par des rebelles prorusses, ce que Moscou a farouchement nié. Le conflit a fait plus de 4.000 mots depuis la mi-avril.
 A l'issue du sommet, Barack Obama a estimé que si M. Poutine "continue (...) à violer le droit international (...), l'isolement que la Russie connaît actuellement se poursuivra".
Dès avant le sommet, M. Poutine avait senti souffler ce vent de guerre froide, mettant en garde vendredi contre une confrontation de "blocs" au G20.
 Sur place, il est resté hiératique. Mais il a tout de même quitté prématurément le sommet, ce qui pourrait être vu comme une manière de signifier son agacement, même s'il a justifié son départ par un besoin de sommeil réparateur avant de reprendre le travail lundi.
 

AFP
Lundi 17 Novembre 2014

Lu 400 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs