Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Danemark, un parti pro-immigration défie la droite populiste




Au Danemark, un parti pro-immigration défie la droite populiste
Un parti politique favorable à une politique d'immigration plus généreuse et à l'"interdiction d'interdire" les symboles religieux vient de voir le jour au Danemark au moment même où la droite populiste gagne du terrain. 
Ce parti affirme que les "valeurs danoises comme le respect, la tolérance, et la coexistence pacifique" subissent des "attaques" alors que la classe politique danoise dans son ensemble utilise la même rhétorique que le populiste et populaire Parti du peuple danois.  En Europe, le Parti du peuple danois (PPD) a été l'un des premiers partis anti-immigration à s'immiscer dans les sphères du pouvoir. Il a soutenu les gouvernements conservateurs au Danemark entre 2001 et 2011 en échange de règles resserrées sur l'immigration.
Profitant de la fragilité de l'économie danoise, il est devenu le premier parti du pays lors des dernières élections européennes. Il a rassemblé plus d'un tiers des votes. 
Le parti social-démocrate du Premier ministre Helle Thorning-Schmidt, avait fait campagne en faveur d'une politique d'immigration plus humaine. Pourtant, depuis 2011 et son arrivée au pouvoir, il a peu remis en cause les règles restrictives imposées par le PPD.
Le Parti national réfute vouloir faire des Danois d'origine étrangère le socle de son électorat. Il a pourtant fait de la suppression de la "règle de 24 ans" l'une de ses six priorités qui interdit à tout étranger de vivre au Danemark avec son partenaire danois avant ses 24 ans. 
Il veut aussi s'assurer de l'autorisation du port des insignes religieux sans restriction en public. Il souhaite également "faire une analyse approfondie" de la manière dont le conflit israélo-palestinien pourrait être résolu. La Suède a dernièrement annoncé qu'elle allait reconnaître l'Etat de Palestine. Pour présenter une liste aux élections législatives, un parti politique doit rassembler quelque 20.000 signatures, un objectif que même des personnalités politiques connues ont du mal à atteindre. Pourtant, le Parti national affirme en avoir déjà recueilli 7.000.
D'aucuns doutent toutefois que la nouvelle formation puisse obtenir un siège lors des prochaines législatives qui devraient avoir lieu avant septembre 2015.  

AFP
Mercredi 22 Octobre 2014

Lu 1133 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs