Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Attentat contre l'Isaf près de l'aéroport de Kaboul

L'Allemagne appelle à une signature rapide de l'accord de sécurité USA-Afghanistan




Attentat contre l'Isaf près de l'aéroport de Kaboul
Un attentat suicide, qui n'a pas fait d'autre victime que son auteur, a visé mercredi un convoi allemand de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) sous commandement de l'Otan, près de l'aéroport international de Kaboul, a fait savoir l'état-major.
Un correspondant de Reuters sur place avait auparavant fait état d'une violente explosion près de ce site très protégé, utilisé à la fois par des civils et des militaires.
"Nous pouvons confirmer l'information selon laquelle un kamikaze a tenté d'attaquer aujourd'hui un convoi de l'Isaf", a déclaré le lieutenant-colonel Latondra Kinley, porte-parole des forces étrangères. "L'assaillant a été tué et il n'y a pas de victime à déplorer du côté de l'Isaf."
Les talibans ont revendiqué l'attentat et ont rapporté qu'une dizaine de soldats avaient été "tués et blessés", et que deux véhicules avaient été détruits. Le mouvement exagère généralement le bilan de ses attaques.
L'aéroport accueille l'une des bases les plus importantes de l'Isaf, le commandement interarmées, qui gère au quotidien le fonctionnement des troupes étrangères en Afghanistan. Il est rarement visé par des attaques.
Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a effectué la semaine dernière une visite en Afghanistan, mais il n'a pas rencontré le président Hamid Karzaï, qui refuse de signer l'accord régissant la présence des troupes américaines après leur retrait officiel du pays en 2014, et accuse Washington de se comporter en puissance coloniale.
La Défense allemande a appelé mercredi l'Afghanistan à une signature rapide de l'accord de sécurité négocié avec les Etats-Unis, dont dépend la mission de l'Alliance atlantique après 2014 dans le pays.
"Nous attendons urgemment la signature côté afghan", a déclaré le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière, lors d'une visite à Mazar-i-Sharif, dans le nord de l'Afghanistan.
Il faut un "accord sur les droits et devoirs des soldats américains ainsi que de tous les soldats de l'Otan", a-t-il souligné, estimant qu'un accord "après les élections présidentielles (afghanes), ce serait certainement trop tard".
L'accord entre Washington et Kaboul doit définir les conditions de la présence de soldats américains après 2014, date prévue du retrait des forces de l'Otan, qui comptent actuellement 73.000 soldats (46.000 Américains et 27.000 de pays alliés) pour épauler le gouvernement afghan confronté depuis plus d'une décennie à la tenace rébellion des talibans.
Or le président afghan Hamid Karzaï refuse de signer cet accord de suite, estimant que cette tâche incombe à celui qui lui succèdera après la présidentielle d'avril à laquelle il ne peut participer, la Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat.
La décision de M. Karzaï a exaspéré les Américains, qui souhaitaient le voir signé avant la fin 2013.

REUTERS
Jeudi 12 Décembre 2013

Lu 114 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs