Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Attaque spectaculaire contre le ministère de la Défense au Yémen

Explosions et échanges de tirs à Sanaa




Attaque spectaculaire  contre le ministère de la Défense au Yémen
Des hommes armés ont lancé un assaut spectaculaire contre le siège du ministère de la Défense jeudi à Sanaa, faisant au moins 20 morts, au moment où les attentats attribués à Al-Qaïda se multiplient au Yémen sur fond de blocage politique.
L'attaque est intervenue alors que le ministre de Défense Mohamed Nasser Ahmed se trouve à Washington à la tête d'une délégation militaire.
Un kamikaze au volant d'une voiture piégée a forcé une entrée du ministère, situé au cœur de Sanaa, et ses complices ont tiré sur des bâtiments du complexe, selon des responsables.
Les complices, munis d'armes automatiques, ont réussi à atteindre l'hôpital militaire et deux autres bâtiments de l'immense complexe abritant le ministère, ont-ils précisé.
"Au moins 20 personnes ont été tuées dans l'attaque", selon un premier bilan officiel fourni par le ministère de la Défense.
Une source de sécurité a fait notamment état de cinq soldats tués dans l'explosion de la voiture piégée à l'entrée du complexe et d'une cinquantaine de militaires blessés transportés dans deux hôpitaux de Sanaa.
Une colonne de fumée noire s'est élevée dans le ciel après la forte déflagration dans le complexe situé près de Bab al-Yaman, à l'entrée de la vieille ville de Sanaa.
Le secteur a été totalement bouclé alors que des ambulances, sirènes hurlantes, se sont ruées sur le lieu de l'attaque et des renforts militaires y ont été dépêchés.
Le ministère de la Défense a indiqué, sur son site Internet, que l'armée avait repris le contrôle de la situation à l'intérieur du complexe, alors qu'une source de sécurité a affirmé que "le groupe des assaillants avait été anéanti".
Mais un correspondant de l'AFP a indiqué que les forces de sécurité continuaient de pourchasser des complices des assaillants dans les immeubles et les maisons avoisinantes.
La capitale yéménite n'a pas échappé à l’escalade. Le 26 novembre, un Bélarusse a été tué et un autre blessé en pleine rue par des hommes armés. Quatre jours plus tôt, un député, représentant de la rébellion zaïdite chiite au dialogue national en cours, a été assassiné.
Le processus de transition politique au Yémen, seul des pays du Printemps arabe où un soulèvement populaire a abouti à un départ négocié de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, est bloqué.
Le dialogue national, destiné à mettre fin à une période de transition politique de deux ans et à donner au pays des institutions pérennes, est actuellement dans l'impasse.

AFP
Vendredi 6 Décembre 2013

Lu 348 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs