Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Attaque d'un site pétrolier proche de Ras Lanouf en Libye

L'EI menace de s'en prendre à d'autres installations pétrolières libyennes




Attaque d'un site pétrolier proche de Ras Lanouf en Libye
Des membres présumés du groupe Etat islamique (EI) sont passés à l'attaque jeudi contre des installations pétrolières proches du terminal de Ras Lanouf sur la côte méditerranéenne de la Libye, ont rapporté des responsables.
Au moins deux réservoirs de pétrole appartenant à la compagnie pétrolière Harouge sont en flammes près de Ras Lanouf, terminal contre lequel les djihadistes ont déjà lancé des attaques ce mois-ci.
Selon un responsable du secteur énergétique, Mohamed al Manfi, un oléoduc reliant le champ pétrolifère d'Amal au terminal d'Es Sider a été pris pour cible. Des affrontements ont opposé les djihadistes à des gardiens des installations pétrolières, mais selon le responsable, la progression des islamistes a été stoppée et ils ont battu en retraite.
Dans une vidéo, l'EI a menacé jeudi de s'en prendre à d'autres installations pétrolières libyennes, après l'attaque menée dans la matinée près de Ras Lanouf.
"Aujourd'hui le port d'Es Sider et Ras Lanouf, et demain le port de Brega, et ensuite les ports de Tobrouk, Es Serir, Djallo et al Koufra", annonce un combattant de l'EI, Abou Abdelrahman al-Liby, dans une vidéo postée sur l'application de messagerie sécurisée Telegram, par laquelle le groupe djihadiste s'exprime habituellement.
Les combattants de l'EI ont profité du vide en matière de sécurité en Libye pour s'implanter et prendre le contrôle de la ville côtière de Syrte, à 200 km à l'ouest de Ras Lanouf et Es Sider. Des combats ont eu lieu entre gardiens des installations pétrolière et djihadistes de l'EI voici deux semaines près d'Es Sider et de Ras Lanouf. Sept réservoirs pétroliers ont alors été endommagés par un incendie et au moins 18 gardiens ont été tués.
Les terminaux de Ras Lanouf et d'Es Sider, les plus importants de Libye, sont fermés depuis décembre 2014. La production pétrolière du pays n'atteint même pas le quart de celle de 2011, année où elle avait culminé à 1,6 million de barils par jour.    
La Libye, où l'EI profite depuis des mois du chaos politique pour monter en puissance, a aussi fait partie des discussions à Paris lors du "conseil de guerre" qui a réuni sept pays de la coalition. La Libye dispose des réserves pétrolières les plus importantes d'Afrique, estimées à 48 milliards de barils. Sa production était estimée à 1,6 million b/j en 2011 mais a chuté d'un tiers depuis.
La Libye est aussi livrée à des groupes armés depuis la chute de Mouammar Khadafi en 2011 et les deux autorités s'y disputent le pouvoir depuis la prise de la capitale Tripoli par des milices en partie islamistes à l'été 2014.
Mardi, un gouvernement d'union nationale a été constitué dans ce pays divisé et les Occidentaux qui se sont félicités de cette avancée politique pourraient s'appuyer à terme sur sa légitimité pour étendre leurs opérations militaires à l'EI en Libye.

Vendredi 22 Janvier 2016

Lu 1478 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs