Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Artistes à vos marques !




Il n'y a que le sport pour vous entretenir en forme de la gent artistique. On est si bien intimement convaincue qu'elle s'adonne aux plaisirs et aux joies de se dégourdir les jambes.
Le jogging est le plat de résistance de tous les adeptes des planches, chacun y trouvant matière d'oxygénation et le puisement de nouvelles ressources.
Mais la passion du sport va bien au-delà de cette gymnastique tonique puisque la plupart ont des préférences pour des disciplines qu'ils suivent attentivement quand leur programme professionnel les autorise.
D'aucuns seront étonnés, à première vue, par les hobbies de certains, mais à bien y réfléchir, les choix obéissent souvent à des tendances psychologiques voire morphologiques.
Linsodable nature humaine vous réserve parfois des surprises étonnantes.
Enfin, suivons nos athlètes artistes sur les chemins de leurs stades préférés !...
Ainsi Najat Atabou n'en a jamais « marre » d'assister à des concours hippiques. L'équitation est son grand dada. Elle adore voire les chevaux hennir au milieu d'un beau galop.
Bziz et Baz avant leur séparation avaient une passion commune pour le ping-pong. Le duo comique prenait un immense plaisir de se renvoyer la balle et les smashes constituaient le clou de leur hilarité.
Depuis leur divorce, nos deux pongistes essaient de se consoler de leur revers en jouant en solo.
Abderraouf, le champion des mimiques et galipettes, se frotte les muscles en suivant un match de catch. Il y retrouve ses sautillements et ses fameuses et fabuleuses « clés ».
Naima Samih et Abdelhadi Belkhayat qui ont tant glorifié « Jarh » (blessures récentes et anciennes) privilégient le sport viril avec beaucoup d'agressivité dans le contact.
Façon de panser et d'oublier les cicatrices et autres meurtrissures de la vie, tout court. Quant à Lahbib Idrissi, c'est carrément la natation qui l'attire depuis le jour où il a reçu une douche de pluie.(Chta Allia Hattala).
Enfin, la grande star de la chanson marocaine, Abdelwahab Doukkali, a un faible pour l'aviron. Cela réveille en lui ses inoubliables râles et cris du tréfonds de son âme…artistique.

Par Abdeslam Khatib
Samedi 26 Juin 2010

Lu 160 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs