Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Arrivée d’une commission d’enquête à Khénifra : La mise à niveau mise à l’index




Arrivée d’une commission d’enquête à Khénifra : La mise à niveau mise à l’index
Khénifra ne se contentera plus de contempler ses maquettes et de couper les rubans pour inaugurer des chrysanthèmes. L’heure de vérité a sonné. Ce que « Libé » a annoncé dans une précédente édition, il y a quelques jours, au sujet des enquêtes de plusieurs services de sécurité sur des projets de mise à niveau,  vient de se confirmer avec l’arrivée, vendredi matin, d’une commission d’enquête officielle du ministère de l’Intérieur pour y voir clair dans ces projets lancés voilà bientôt trois ans par le Souverain  et qui étaient censés insuffler un essor urbanistique, une réorganisation structurelle de la ville et une refonte infrastructurelle. Mais il n’en fut rien ! D’où un débat au sein de l’opinion publique locale, la classe politique et le monde de l’entreprise.
De sources provinciales  concordantes, la commission  est arrivée à l’improviste et se serait entretenue brièvement en premier lieu avec le premier responsable de la province  avant de tenir une longue réunion au bureau du secrétaire général de la province, avec le chef de la division du budget, celui de la division des marchés ainsi qu’avec les ingénieurs et les architectes qui ont une relation avec les différents projets censés être inaugurés en février prochain.
Selon les mêmes sources, plusieurs dysfonctionnements et irrégularités auraient été constatés par la commission dès le premier jour de sa visite. En fin d’après-midi du jeudi, la commission, accompagnée des responsables  cités plus haut, a visité quelques projets. Plusieurs entrepreneurs qui ont investi dans ces projets de mise à niveau ont été vus dans les parages des chantiers épiant les démarches des membres de la commission.
Il faut rappeler que ladite mise à niveau a coûté, rien que pour la ville, la bagatelle de 22 milliards de centimes sans pour autant changer l’image de la ville, ce qui a suscité la grogne des Khénifris, qui pensent qu’il s’agit d’un véritable fiasco. Ce qui est grave, c’est qu’on parle de détournements de projets vers des propriétés appartenant à des responsables ou aux membres de leurs familles. Eclairage public, goudron à l’enrobé et autres travaux et matériaux utilisés dans des projets publics servent souvent les intérêts personnels de certains responsables. D’autres entrepreneurs auraient même aménagé les maisons de certains responsables pour se voir faciliter l’octroi et la liberté lors de l’exécution du projet en question. Un vrai scandale selon des sources provinciales, qui pourrait dépasser celui d’Al Hoceima.
Plusieurs lettres anonymes émanant de différentes entreprises auraient été adressées aux autorités compétentes, ce qui a déclenché le processus des enquêtes et inspections. Les prochains jours verront tomber quelques têtes. C’est du moins le souhait de la population qui estime que son quotidien et les services  rendus n’ont nullement changé.

KAMAL MOUNTASSIR
Lundi 10 Janvier 2011

Lu 1097 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs