Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Arrêté il y a dix mois : Le commissaire divisionnaire Jelmad toujours sans procès




Pourquoi continue-t-on d’oublier le commissaire divisionnaire provincial, Mohamed Jelmad, incarcéré à Oukacha sans procès  après dix mois de son arrestation à Nador ? On ne lui a même pas permis d’être poursuivi en liberté provisoire. Une question qui se pose et s’impose, d’autant plus que les faits ne sont plus un secret de polichinelle. Celui qu’on avait hissé au rang de champion quelques jours auparavant, pour avoir mis la main sur le plus gros poisson de l’année, en matière de trafic de drogue, a été arrêté pour  tentative de corruption.
Que s’est-il passé ? Le commissaire divisionnaire Jelmad passait pour la bête noire des trafiquants de drogue dans la région de Nador. Il avait pu saisir des quantités record de cannabis (huit tonnes de haschisch) et procédé à l’arrestation de nombreux trafiquants de drogue, mais ses enquêtes commençaient à s’ébruiter pour parvenir jusqu’aux trafiquants. L’un d’entre eux, en l’occurrence Najib Zaïmi, avait contacté le commissaire Jelmad pour tenter de “trouver un compromis” avec lui. Pour poursuivre son enquête, le commissaire avait répondu à la demande du trafiquant, non sans avoir pris des précautions, en se faisant accompagner de policiers en civil qui devaient contrôler la situation de loin.
Ce fait notoire, et non des moindres, appelle de nombreuses questions: comment pourrait-il donc tromper la vigilance de ses collègues et se compromettre dans cette affaire de drogue? N’avisait-il pas ses supérieurs à Rabat de tous ses mouvements, y compris ses rencontres éventuelles avec Zaimi? Pourquoi ne voudrait-on pas entendre ces policiers en tant que témoins?
Autant de situations à tirer au clair. Pour un esprit sensé, un agent corruptible ne demanderait jamais à ses collègues de l’accompagner. De sources proches du dossier, on accuse également le commissaire de s’être entretenu avec un parlementaire très connu qui l’invitait à « trouver un terrain d’entente », en termes allusifs, accepter un pot-de-vin alléchant (Deux milliards de centimes). L’intermédiaire insistait tellement que le commissaire avait répondu évasivement un jour « Ykoun khir Nchallah» (Traduction littérale : espérons que tout sera bien). Cette réplique a été le mobile de l’enquête et de l’instruction qui ont conduit à l’arrestation de Jelmad. Mais, tout le monde sait que ce propos n’est qu’une manière de se débarrasser des gens qui persistent à réclamer des choses illégales… ou une attitude polie de décliner des offres quelconques. Ceux qui avancent qu’il s’agit d’un règlement de comptes invoquent également des félicitations du général Laânigri…
Il est à souligner que le commissaire divisionnaire Mohamed Jelmad était derrière le démantèlement du réseau terroriste de Hanouichi et Rebbaâ. Il avait d’ailleurs reçu les félicitations de ses supérieurs sans  pour autant bénéficier d’une prime. Assiste-t-on à un cas de règlement de comptes entre trafiquants de drogue, politiciens et agents de sécurité ? 

Rachida Alami
Samedi 19 Mars 2011

Lu 1026 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs