Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Armstrong obtient de l'Usada un délai d'un mois




Armstrong obtient de l'Usada un délai d'un mois
L'Agence américaine antidopage (Usada) a accordé un délai d'un mois à Lance Armstrong pour décider s'il accepte les sanctions ou sollicite un arbitrage, le temps que la justice fédérale examine la plainte déposée mardi par l'Américain contre l'Usada.
Selon la procédure disciplinaire ouverte en juin, le septuple vainqueur du Tour de France (1999-2005) devait rendre sa décision d'ici samedi mais "l'Usada a accordé à M. Armstrong une courte extension allant jusqu'à 30 jours pour se défendre des accusations de dopage, le temps pour le tribunal (à Austin) de rejeter la plainte sur le fond ou de prendre une décision préliminaire", a indiqué par communiqué Travis Tygart, président de l'Usada.
Armstrong est accusé par l'Usada d'avoir eu recours au dopage entre 1996 et 2011, soit l'essentiel de sa carrière, et encourt des sanctions pouvant aller jusqu'à la radiation à vie et la perte de ses titres.
L'Américain de 40 ans a déposé une plainte devant la justice fédérale à Austin (Texas) afin de faire bloquer ce processus disciplinaire, qu'il estime inconstitutionnel. Le Texan assure que l'Usada mène une "vendetta" contre lui.
"L'Usada estime que cette plainte (...) est sans fondement et elle fait confiance à la justice (fédérale) pour faire respecter des règlements (de l'Usada) qui sont en conformité avec les lois fédérales et ont été approuvées par les athlètes, le Comité olympique américain et tous les sports olympiques", assure l'Agence antidopage américaine mercredi dans son communiqué.
L'Usada a suspendu à vie mardi trois des six accusés de l'affaire Armstrong: l'ancien médecin espagnol de l'équipe US Postal Luis del Moral, le préparateur physique italien Michele Ferrari et "Pepe" Marti, un ex-entraîneur espagnol de l'US Postal, Discovery Channel et Astana, équipes par lesquelles est passé Armstrong. Aucun des trois n'a cherché à se défendre par voie d'arbitrage.
Outre Armstrong, les autres accusés sont le directeur sportif Johan Bruyneel et le docteur Pedro Celaya, tous deux actuellement chez RadioSchack, la dernière équipe du Texan avant sa retraite définitive en janvier 2011.
L'Usada a confirmé que le directeur sportif belge, qui a renoncé au Tour de France à cause de cette affaire, avait jusqu'à samedi pour décider s'il accepte des sanctions ou sollicite l'arbitrage. L'Agence américaine n'a pas voulu préciser que le médecin espagnol avait lui-aussi jusqu'à samedi pour se décider, ce qui laisse supposer qu'il a déjà choisi la voie de l'arbitrage.

Libé
Vendredi 13 Juillet 2012

Lu 195 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs