Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Aqua’encre”, nouvelle expérience plastique d’Abdellah Belabbès exposée à El Jadida

Du 8 au 15 septembre à la galerie Chaibia Talal




Du 8 au 15 septembre 2017, la galerie Chaibia Talal de la Cité portugaise d’El Jadida abrite l’exposition « Aqua’encre » de l’artiste Abdellah Belabbès, dont le vernissage a lieu le vendredi 8 septembre à 18h. Eclairages sur cette nouvelle expérience picturale du peintre doukkali.   
L’expérience « Aqua’encre » (dérivation lexicale alliant les termes eau et encre) engendre une interrogation immanente à la technique de la nouvelle création d’Abdellah Belabbès :
Comment assembler un corps fragmenté entre encre et eau, et quêter sa trace ?
Et ce au moment où le dépositaire du secret préféré par le corps est l’eau…
Comment cette dernière consentira-t-elle au voisinage de l’encre, répartie en formes marines? L’encre n’est-elle pas, en dernière instance, un paronyme marin ?
Corps coquillage,
corps écume,
corps vague,
corps estuaire ?
Corps reflet d’opale,
corps traits…
La nouvelle expérience d’Abellah Belabbès,  pour laquelle il a choisi comme titre cette éloquente dérivation qui éclaire sa conception intrinsèque : « Aqua’encre », t’impose de quémander un imaginaire apte à guider ta recherche de « l’aquatisation » (métamorphose en eau) par l’encre, à savoir « l’aquatisation » vivante entre le corps et l’encre…
La poétique de l’encre ne se dévoile, ici, qu’au voisinage de l’eau… Elle ne s’érige nullement, en outre, sans un corps diaphane, corps conjointement opalescent, dont les traits se composent d’ombres sur les vagues marines blanchâtres réparties entre l’eau et la mer ; dualité superposée, tels les miroirs de l’eau elle-même.
Trois décennies déjà que Belabbès accompagne le corps dans sa densité tant érotique que symbolique. Si le corps, dans les premières expériences de l’artiste, se suffisait à lui-même, il ouvre la voie, présentement et lentement, au monde grâce à l’encre et à l’eau…
Naît communément, au sein du monde partagé entre le blanc et le noir, le manichéisme du Bien et du Mal. Mais quand il le remplace par un autre manichéisme, l’aquatique et l’encré, l’artiste se soustrait alors à ladite dualité, et produit une nouvelle métaphysique du corps…
La métaphysique, n’est-elle pas la production de l’eau dans tous les livres sacrés ?
N’est-elle pas aussi la production de l’encre dans toutes les croyances ?
Tel est l’essentiel de l’expérience : faire transiter le corps d’une matérialité excessivement prosaïque à une métaphysique ramifiée en la légèreté poétique…
Est repérable une quête manifeste à rendre le corps mouvement, oui, à transformer le corps en un mouvement corporel qui commence avec la main de l’artiste lui-même, ou en d’autres termes convertir le corps en sa trace avec la légèreté autant de l’eau que de l’encre… Comme si le corps émergeait du brouillard, telle  une aube dans une forêt tropicale; et les formes de se différencier progressivement, tantôt illuminées par l’eau, tantôt par l’encre… En présence de la poéticité de ce qu’il contemple, le poète s’interroge : ce que mes yeux perçoivent en tant que corps, est-il couleur ou matière ? Du fait de la profondeur de l’œuvre picturale due à sa légèreté, réside, dans l’infime différence entre couleur et matière, la vague sensation que l’identité du monde est abstraite ; identité dont les contours sont définis par les traits plastiques, par la rencontre de l’eau et de la toile, aussi bien que par celle de l’eau et de l’encre…
En tant que support artistique, le corps représente la fleur de lotus au milieu d’un étang d’eau et d’encre. Il figure également l’unique synthèse de la vie au sein d’un monde résident entre les rives d’une vie née de l’eau et pérenne grâce à l’encre… Et constitue, par ailleurs, la première preuve de la musicalité du mouvement plastique dans l’expérience captivante que nous propose Abdellah Belabbès, expérience que la poésie ne peut visiter sans gratitude…
 

Hamid Jmahri Traduit de l’arabe par Said Ahid
Jeudi 7 Septembre 2017

Lu 523 fois


1.Posté par Beloud Khalid le 07/09/2017 19:43
c'tres fantastique

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs