Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après une croissance effrénée : La Turquie subit les effets de la crise internationale




Les experts économistes estiment que la croissance effrénée enregistrée ces deux dernières années expose l’économie turque au risque de surchauffe, dans la mesure où cette expansion repose presque entièrement sur une demande intérieure soutenue par une forte croissance des crédits bancaires.  Cette situation explique en partie le déficit du compte courant de la Turquie, qui dépasse les 9% du PIB. En 2011, ce déficit a progressé de 65,3% pour atteindre plus de 77 milliards de dollars, une hausse qui a été accentuée notamment par l’importance du déficit commercial chronique qui grève le commerce extérieur de la Turquie.  Les données officielles de «Turkstat» font état d’un déficit commercial de près de 106 milliards de dollars en 2011, qui s’est creusé de plus de 47% par rapport au niveau enregistré en 2010.
Généralement, le déficit du compte courant reste la bête noire de l’économie turque faute de véritable capacité d’investissement propre pour le compenser, à cause notamment d’une épargne domestique insuffisante, ce qui rend la Turquie dépendante de capitaux étrangers dans un contexte international marqué par la crise de l’endettement en Europe.  L’annulation en janvier dernier d’un appel d’offres international pour la construction d’un troisième pont sur le Bosphore faute de candidats en dit long sur cette dépendance pour les capitaux étrangers.
Avec ce déséquilibre macroéconomique (compte courant et balance commerciale), l’économie turque risque de souffrir de certaines vulnérabilités si des capitaux supplémentaires ne sont pas injectés dans le système, notamment sous forme d’investissements étrangers.  Un ralentissement de l’activité en Europe risque donc de réduire la part des investissements des Européens en Turquie, ce qui rend difficile la compensation du déficit du compte courant et risque d’altérer la marche en avant de l’économie turque.
Pour faire face à cette situation, les autorités turques multiplient les réformes et les motivations pour drainer plus d’investissements étrangers en Turquie et conquérir de nouveaux marchés afin de compenser des pertes éventuelles sur le continent européen, déchiré par la crise de l’endettement, et dans les pays du Printemps arabe, comme la Syrie, la Libye et l’Egypte, qui étaient par le passé des marchés acquis aux opérateurs économiques turcs.

MAP
Mercredi 4 Avril 2012

Lu 480 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs