Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après trois mois de frappes, l'EI a peu reculé sur le terrain

Bachar Al Assad y voit un signe d’inefficacité




Après trois mois de frappes, l'EI a peu reculé sur le terrain
Après environ trois mois de frappes aériennes menées par la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les jihadistes du groupe Etat islamique ont cédé peu de terrain dans le "califat" qu'ils ont proclamé dans le nord de la Syrie et de l'Irak.
S'ils ont perdu des villes situées en lisière des territoires sous leur contrôle en Irak, notamment dans les régions où cohabitent plusieurs communautés et où leur fondamentalisme sunnite rencontre peu d'échos, ils ont consolidé leurs positions dans les régions les plus acquises aux sunnites.
En août, l'offensive de l'EI contre les territoires du Kurdistan autonome irakien a fini par être repoussée et, deux mois plus tard, les jihadistes ont été chassés de la ville de Djourf al Sakhar, au sud de Bagdad. Ils ont également été évincés de deux villes proches de la frontière iranienne en novembre.
Les ennemis de l'EI l'assurent, la reconquête de certaines villes montre que le vent a tourné en Irak et que le groupe islamiste sunnite est désormais sur la défensive.
"Le mieux qu'ils peuvent faire, c'est couper une route ou attaquer une patrouille, mais leur progression territoriale a été complètement stoppée", estime Hadi al Amiri, chef de l'organisation Badr, une milice chiite qui, aux côtés des peshmergas (combattants kurdes), a réussi à reconquérir Saadiya et Jalawla, deux villes proches de la frontière iranienne.
Mais à ces quelques exceptions, comme le fait que l'armée irakienne ait réussi à lever le siège de la plus grande raffinerie d'Irak, à Baïdji, l'emprise des jihadistes sur les provinces à prédominance sunnite au nord et à l'ouest de Bagdad demeure.
Pour Abou Bakr al Baghdadi, "calife" de l'Etat islamique, l'envoi par les Américains de nouveaux conseillers militaires en Irak montre que l'EI a toujours le vent en poupe.
"Les frappes aériennes et les bombardements constants effectués par les croisés, jour et nuit, contre les positions de l'Etat islamique, n'ont pas empêché celui-ci de progresser", a-t-il dit à ses combattants voici trois semaines.
De fait, depuis la grande offensive de l'EI en Irak en juin, l'Irak puis la coalition n'ont guère réussi à modifier la donne dans les provinces sunnites d'Anbar et de Salahouddine, de même que dans celle de Ninive, où se trouve Mossoul, grande métropole que les islamistes ont conquise en juin.
Si en Irak il existe clairement des zones où l'EI se retrouve sur la défensive, en Syrie, le groupe jihadiste subit moins de pressions militaires, car les Etats-Unis ont peu d'alliés sur le terrain pour conforter les gains obtenus grâce aux frappes aériennes.
Pour certains militants syriens, de même que pour certains analystes occidentaux, les opérations aériennes n'ont pas réussi à affaiblir l'EI en Syrie.
Le résultat, c'est une "pagaille stratégique" qui permet à l'armée de Bachar al Assad de renforcer ses propres raids aériens contre d'autres organisations insurgées, dont certaines favorables à Washington, tout en laissant à la coalition internationale le soin de s'occuper des positions de l'EI.
Bachar al Assad lui-même estime que les frappes menées par la coalition internationale contre l'Etat islamique sont inefficaces.
Dans une interview mise en ligne par Paris Match, le président syrien souligne que ses troupes sont les seules à mener des combats terrestres contre l'EI.
 

Reuters
Vendredi 5 Décembre 2014

Lu 91 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs