Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après quelque neuf ans passés dans les geôles marocaines : Grâce déguisée pour l'Emir aux yeux bleus




Richard Robert, le mollah de Saint-Etienne plus connu «ici-bled» sous le sobriquet de «l'Emir aux yeux bleus» était, pour avoir dirigé une cellule terroriste, un salafiste-jihadiste  bien assumé lors de son arrestation à Tanger au Maroc en juin 2003.  Connu aussi sous les noms de guerre de Yacoub ou  Abou Abderrahmane, il avait été condamné par la justice marocaine à la réclusion criminelle à perpétuité en septembre de la même année après les attentats-suicides sanglants du 16 mai 2003 à Casablanca qui avaient fait quelque 45 morts et plus d'une centaine de blessés.
Richard Robert est un Stéphanois né en 1972 qui s'était converti à l'Islam vers l'âge de 17 ou 18 ans avant que de se radicaliser peu de temps après en Turquie et en Afghanistan et de s'installer au Maroc à Tanger en 1996 où il aurait épousé les thèses de la Salafiya Jihadiya. Il travaille alors à la constitution d'une cellule terroriste pour créer un maquis islamiste et proclamer un micro-Etat islamiste dans le Rif allant de Tanger jusqu'à Oujda. Depuis 2006, il revendique le droit de purger sa peine en France en affirmant s'être reconverti au catholicisme. Une repentance à prendre toutefois avec des pincettes, car l'ange était prêt à bien des stratagèmes  pour peu qu'ils puissent l'aider à s'extraire des geôles marocaines.
Mardi à 17 heures, il quittait le Royaume via l'aéroport de Rabat-Salé pour Paris et la France  afin d'y purger le reste de sa peine. En effet, il a été transféré de la prison de Kénitra vers un autre centre de détention français non encore défini selon son avocat, Me Courcelle-Labrousse, un proche du Front national, parti d'extrême droite français qui depuis sa condamnation œuvrait pour son rapatriement.
Le Maroc et la France étant liés par des conventions d'échange et d'extradition de détenus condamnés par les juridictions des deux pays signée en août 1981, c'est dans ce cadre qu'il a donc été transféré. "J'ai eu il y a deux mois la confirmation que le transfert se ferait", a dit son avocat. Faut-il voir à travers ce transfert une relation de cause à effet de la part des responsables des  systèmes judiciaires marocain et français ? Car effectivement, sa peine devra ensuite être convertie dans le système judiciaire français. Or selon Me Courcelle-Labrousse, « l'équivalent pénal des faits pour lesquels il a été jugé au Maroc n'est puni que d'une peine d'emprisonnement de dix ans ».
Ce qui, en d'autres termes, revient à dire que la politique de désengorgement des prisons marocaines qui a vu bien des salafistes recouvrer la liberté, bénéficierait aussi à Richard Robert qui verrait, une fois  le sol français touché, sa peine écourtée, voire même libéré. C'est en quelque sorte une grâce déguisée. En effet, il devrait, selon son avocat,  voir sa peine convertie à dix ans d'emprisonnement. Or, depuis septembre 2003, c'est bientôt quelque neuf ans qu'il a déjà purgés.

Mohamed Jaouad Kanabi
Jeudi 17 Mai 2012

Lu 1034 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs