Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après le putsch raté en Turquie, les universités en pleine tourmente




Doyens poussés à la démission, enseignants derrière les barreaux, licenciés ou empêchés de quitter le pays, les universités en Turquie ont pris de plein fouet la purge gigantesque lancée après le coup d'Etat avorté.
Quelques jours après la tentative de renversement du président Recep Tayyip Erdogan, 15 universités privées ont été fermées et 1.577 doyens du public et du privé poussés à démissionner. Un séisme.
A l'Université Galatasaray d'Istanbul, dès l'échec du putsch, le personnel administratif est passé parmi les enseignants pour qu'ils dénoncent leurs collègues gulénistes, donnant le signal de la chasse aux sorcières.
Cette semaine, "les profs ont été convoqués pour écrire une lettre assurant qu'ils n'avaient rien à voir avec (Fethullah) Gülen", explique une enseignante à propos du prédicateur exilé accusé d'être derrière le coup d'Etat raté, et qui préfère garder l'anonymat.
Le recteur, à l'origine de cette mesure, a apparemment voulu protéger son personnel contre un retour de bâton. Cette prestigieuse université publique, plutôt kémaliste, a été l'une des plus "purgées". Tous ses doyens ont démissionné.
L'AKP, le parti islamo-conservateur d'Erdogan, a beaucoup investi dans l'enseignement supérieur depuis 2003, dans un pays où, depuis Atatürk, l'élite a toujours été bien formée.
"L'effort a été considérable", indique une spécialiste de l'enseignement supérieur en Turquie, des universités ont été ouvertes "du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest", dont certaines accueillent jusqu'à 70.000 étudiants.
Le pays comptait cette année 207 universités -- 123 publiques et 84 privées. Et les 40 meilleures universités turques étaient tournées vers l'international: cursus en anglais, riches programmes d'échanges.
Jusqu'au putsch raté, qui a jeté les universités dans la tourmente. Le président Erdogan s'est lancé dans une guerre sans merci contre son ennemi intime Gülen et son noyautage présumé du monde universitaire.
Avec les "dershane", ces écoles de bachotage avant le lycée ou l'université, les gulenistes ont formé des millions d'étudiants, sélectionnant les meilleurs, s'attirant leur loyauté et gagnant des fortunes.
Pendant dix ans, "Erdogan a mis des gulenistes partout dans les facs, plutôt que des AKP qui n'étaient pas éduqués", dit l'enseignante de Galatasaray. Mais des milliers de "dershane" ont été fermées en 2014 quand Gülen est devenu la bête noire d'Erdogan. Fantasme ou réalité? Le poids des gulénistes dans les universités turques reste difficile à évaluer.
Les universités turques ont déjà traversé des purges. "Mais celle-ci est lancée de manière officielle" relève la spécialiste du monde universitaire. "C'est très grave ce qui se passe"
Cette purge radicale touche de plein fouet les échanges universitaires avec l'étranger: programmes Erasmus avec l'Europe ou nombreuses bourses avec l'Amérique du Nord notamment.
En France, la Conférence des présidents d'universités a dénoncé "l'entreprise de destruction" des universités turques et a indiqué que "pour des raisons de sécurité, un certain nombre d'établissements envisagent de ne pas envoyer leurs étudiants en Turquie". En Belgique, plusieurs universités n'enverront pas leurs étudiants en septembre.
Au Canada, les Universités McGill, l'Université de Toronto et l'Université du Québec à Montréal (UQAM) ont indiqué à l'AFP avoir suspendu les départs d'étudiants en Turquie à la rentrée prochaine.
Une rentrée qui s'annonce très mal.

Libé
Samedi 30 Juillet 2016

Lu 927 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs