Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après le bras de fer, le maire de Casablanca frôle l’amnistie : Le PJD sauve la tête de Sajid




Après le bras de fer, le maire de Casablanca frôle l’amnistie : Le PJD sauve la tête de Sajid
La nouvelle est tombée jeudi tard dans la soirée. Le Conseil de la ville de Casablanca a adopté à la majorité les neuf points inscrits à l'ordre du jour de la session ordinaire du mois d’octobre, objet de désaccord depuis des mois. Les édiles de la ville ont donné ainsi  un avis favorable à  la création d'un service public pour l'exploitation du tramway de la ville, à l’élaboration d’une convention pour le suivi des travaux et le projet de financement de la réalisation du Grand théâtre, à l'acquisition de terrains privés pour le projet du carrefour de Sidi Maârouf ainsi qu’au projet de budget de la commune de Casablanca au titre de l'exercice 2012. «Le vote s’est bien passé. L’ensemble des points n’ont demandé que deux heures de discussions. Seuls ceux relatifs au tramway et au Grand théâtre ont suscité un débat faute de précision dans leur élaboration. Toutefois, les choses se sont bien passées», nous a précisé Abdelgani Marhani, élu de la ville.
Mais comment les édiles casablancais ont-ils pu en arriver là ? «Cela a été possible grâce aux deux réunions informelles tenues lundi et  mercredi derniers par l’ensemble des représentants des partis représentés au Conseil et qui se sont soldées par la signature, le 12 janvier, d’une charte d'honneur entre les conseillers appartenant à huit partis politiques : l'Union constitutionnelle, le Rassemblement national des indépendants, le Parti de la justice et du développement, le Parti authenticité et modernité, le Mouvement populaire, le Parti de l'Istiqlal, le Parti travailliste et le Front des forces démocratiques et le maire de la ville de Casablanca, Mohamed Sajid», nous a-t-il expliqué
Selon lui, cette charte avait pour objectif de dépasser la situation de blocage qui a perduré. Par le biais de cette charte, les signataires se sont engagés à impliquer, désormais, toutes les parties dans la gestion du conseil de la ville. Ce qui devrait être fait en permettant aux différents groupes d'assister aux réunions du bureau du Conseil de la ville.
Ils ont également demandé un certain équilibre dans l'octroi des délégations de signature par le maire de la ville. Dans ce cadre, ces partis se sont mis d'accord à désigner une seule délégation pour chaque formation politique représentée au sein du bureau. Ce qui devrait barrer la route aux conseillers du PAM qui ont six membres au bureau.
Les conseillers de la ville de Casablanca ont décidé de constituer des commissions spécialisées pour traiter le dossier de la gestion déléguée et pour les autres grands dossiers. Huit nouvelles commissions sont prévues : la commission de la révision des contrats, des biens, des privilèges et de l'exploitation des biens publics, la commission du développement et du suivi des recettes, la commission du marché de gros, la commission de suivi du transport urbain, la commission de l’hygiène et la commission de suivi des établissements culturels et sportifs.
Finies donc  les guéguerres et l’atmosphère survoltée et tendue des derniers mois et place à la sérénité et au calme. «Cette initiative traduit notre volonté de passer d’une gestion unilatérale à une gestion plus participative. Elle s’inscrit parfaitement dans les démarches entreprises depuis des mois pour débloquer la situation dans la métropole, notamment en ce qui concerne les projets structurants», a tenu à préciser Abdelmalek Lkihal, élu de la ville.
Mais s’agit-il d’un revirement radical ? «Non», nous a-t-il répondu : «Notre position n’a pas changé d’un iota à l’égard des dysfonctionnements qui ont entaché le compte administratif  du Conseil et la gestion de la capitale économique par Sajid ».
A ce propos, Lkihal a précisé qu’il a appelé à  l’ouverture d’une enquête pour auditer les comptes de la mairie de Casablanca et la création de commissions d’enquête censées examiner les grands dossiers de détournement de fonds publics comme celui du marché de gros des fruits et de légumes, de la Lydec ou encore des abattoirs.  Mieux, notre interlocuteur a proposé le changement de certains chefs de service corrompus et soupçonnés d’avoir trempé dans des affaires de détournements des fonds publics.
Des propos qui ne semblent pas rassurer certains édiles de l’opposition qui sont persuadés que Sajid a gagné cette manche et qu’il a désormais le feu vert pour continuer son mandat sans être pour autant inquiété. «La montagne a accouché d'une souris. C’est ainsi qu’on peut décrire la situation au sein du Conseil de la ville. Car après tant de blocages et de tensions, les édiles de la ville ont bien fini par capituler devant le maire de la ville. Et c’est lamentable », s’est désolé un élu de l’opposition. 

Hassan Bentaleb
Samedi 14 Janvier 2012

Lu 1382 fois


1.Posté par home le 14/01/2012 20:50
le soi disant grand casablanca dans un état lamentable, désastreux, dans un désorde total, vaque un avec corps sans âme jamais vu, toutes les artères de la ville bloquées et sqouatées d'une manière sauvage à volonté, un vrai souk a ciel ouvert, une véritable la criée inavouée, à travers lequel les passants se faufilent péniblement sans aucun mot bouche bée en prenant leur courage à deux main, avec une absence douteuse et étrange de l'autorité dans un laxisme sans vergogne, sans oublier les sauvages grèves à répitation qui exaspèrent les citoyens, chaussées et trottoirs dégratdés occupées, s'ajoute à cette situation un maire amoral et irresponsable qui dépense et délapide l'argent du contribiel dans des futilités en valeurisant une avenue de quelques mètres au dépend de ttoute ville de plusieurs héctars, qui dit mieux messieurs?...........................

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs