Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après la percée de l’extrême droite : Les Pays-Bas de plus en plus difficiles à diriger




Après la percée de l’extrême droite  : Les Pays-Bas de plus en plus difficiles à diriger
Les Pays-Bas viennent de connaître un nouveau séisme électoral, comparable à celui qui, en 1994, pour la première fois dans l’histoire de ce pays, avait poussé hors de la coalition gouvernementale les chrétiens-démocrates, jusqu’alors habitués à diriger, tantôt avec la gauche, tantôt avec la droite. S’était alors ouverte, de 1994 à 2002, une parenthèse, avec la formation de la «coalition violette», ainsi dénommée parce qu’elle mélangeait le rouge du parti social-démocrate à la couleur bleue dont se parent les libéraux. Une curieuse combinaison qui pourrait bien renaître prochainement, puisque aucun parti n’est en mesure, à l’issue du scrutin législatif de mercredi, de structurer, par une alliance idéologique claire, un paysage politique néerlandais de plus en plus émietté.
L’effondrement des chrétiens-démocrates du CDA, qui sont passés de 41 sièges à 21, est le premier enseignement de ces élections. C’est le plus bas score jamais réalisé par ce parti. Son leader, Jan Peter Balkenende, qui gouvernait depuis huit ans, a aussitôt annoncé son retrait.
Le deuxième enseignement de ces élections est la poussée du PVV, le parti du populiste Geert Wilders. Il avait obtenu 9 sièges en 2006, et vient d’en récolter 24, à la plus grande surprise des instituts de sondage, qui pourtant connaissaient les bons résultats de l’extrême droite aux dernières élections européennes et municipales. Le PVV, sur une thématique anti-immigration et anti-islam, a battu d’une courte tête le CDA, et devient la troisième formation des Pays-Bas, derrière les libéraux du VVD (31 sièges) et les sociaux-démocrates du PVDA (30 sièges).
La chute des chrétiens-démocrates et la montée en puissance de l’extrême droite contrarient la victoire des libéraux, qui jamais n’étaient arrivés en tête dans un scrutin législatif depuis la Première Guerre mondiale, unique période où ils dirigèrent le pays. D’être d’aussi près talonnés par les sociaux-démocrates, dont l’influence est très légèrement en baisse, est un autre souci pour les libéraux et leur chef de file, Mark Rutte. C’est lui que la reine devrait bientôt charger de conduire les négociations avec d’éventuels partenaires. Rutte, qui se faisait fort de constituer un gouvernement avant juillet, aura sans doute besoin de plus de temps. Si tant est qu’il parvienne un jour à ses fins.
Selon l’arithmétique électorale la plus simple, et la règle qui fixe la majorité à 76 des 150 députés dans la deuxième Chambre, il existe deux coalitions gouvernementales possibles. La première, entre la droite et l’extrême droite, unirait les libéraux, les démocrates-chrétiens et les populistes de Wilders. En 2002, Jan Peter Balkenende avait composé pareil attelage avec les partisans de Pim Fortuyn. Leur leader assassiné, ceux-ci avaient disparu de la scène politique. Momentanément. L’extrême droite est un courant installé aux Pays-Bas, comme dans tant d’autres nations européennes. La seule différence, c’est que l’extrême droite néerlandaise est philosémite, gay frendly et pro avortement. Rutte n’a jamais écarté l’hypothèse d’un gouvernement avec Wilders, lequel a fait dès jeudi des offres de service. Mais on peut douter de la sincérité des deux hommes. Rutte, qui veut couper dans les effectifs de la fonction publique et les budgets sociaux, aura du mal à s’entendre avec Wilders, qui a défendu l’État providence pour mieux siphonner les voix populaires, principalement à la gauche de la gauche. Il suffira au leader populiste d’avancer une exigence folle -comme sa proposition d’un impôt sur les foulards islamiques- pour demeurer en marge du gouvernement. Quel serait, enfin, l’intérêt pour les démocrates-chrétiens d’entrer dans une alliance dont ils seraient l’élément le plus faible?
L’autre solution serait une nouvelle «coalition violette». A l’exception sans doute des démocrates-chrétiens, tout l’establishment dans le même bateau gouvernemental, comme en 1994-2002, ce qui avait permis à l’extrême droite de prendre son envol. Cela n’enchante ni les libéraux de Rutte, ni les sociaux-démocrates de Job Cohen qui se sont durement affrontés pendant la campagne. Le PVDA demeure notamment attaché au maintien de l’aide au développement et à un certain niveau de budgets sociaux. Mais, gauche et droite confondues, les protestants néerlandais sont hommes de devoir.

Libé
Samedi 12 Juin 2010

Lu 462 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs